Saison 2 Vol 9: Beaune

14 août 2018

Le club ULM de Beaune (voir leur site : https://www.ulm-beaune.fr/aeroclub-ulm-beaune.html  ) souhaite développer la pratique du pendulaire et pour cela il a sollicité Samir et son équipe pour examiner avec eux comment collaborer et former les pilotes au pendulaire.

Les deux équipes ont prévus de se rencontrer sur le terrain de Beaune pour concrétiser tout cela. Samir me propose de les accompagner. Nous partons à deux machines un 3 axes avec un élève qui va peaufiner sa formation à la navigation et Pierre-jean et moi sur le Skypper jaune et son aile Ifun16.

Départ de Pizay

Rendez-vous de très bonne heure 6h30 pour profiter au mieux des horaires, en effet nous devons passer une zone TBA qui sera active à 11h30 à la hauteur de Tournus. La veille je suis venu faire la navigation avec Pierre-Jean, nav simplissime, en gros il suffit de suivre la Saône, certes mais ma première réelle!

Le temps est gris, des grains sont possibles sur le parcours, nous avons prévus des aérodromes de détournement au cas ou!

Allez en route

Au long de la Saône vers Beaune

Bien entendu les deux batteries de mes caméras ne tiendront pas la distance et à chaque voyage je n’aurais pas la fin. Désolé

A la hauteur de Tournus un grain se profile à l’horizon passant d’ouest en est. Le 3 axes plus rapide que nous a du se poser pour l’éviter quant à nous nous arriverons au moment ou celui-ci glisse sur notre droite sans conséquence.

Le ciel se dégage

L e ciel se dégage ensuite et le beau temps chaud refait son apparition.

Fin de batterie

La batterie me lâche peu après Chalon sur Saône. Il est clair que pour des voyages dépassant l’heure il faut alimenter les caméras via la prise 12v du tableau de bord il va falloir que je me penche sur la question!

Bref nous arrivons à Beaune avec un fort vent de travers de l’ouest. Deuxième fois que je vais me poser sur une piste en dure, et là elle est large et longue de plus le taxiway et aussi bitumée. Le toucher des roues et particulier avec ce crissement spécifique mais le roulage est surprenant, moteur ralenti la machine file sur son aire sans ralentir. Mêle sur le taxiway la machine roule sans effort et les commandes de direction sont très réactives!

Nous retrouvons nos compagnons de voyage arrivés peu avant nous et après un café chaud très apprécié. La noria des pendulaires va commencer. Noria étant un très grand mot puisqu’il n’y a que deux pendulaires qui tourneront.

Le club possède un cosmos biplace que Pierre-Jean, qui connait bien cette machine, va d’abord tester et régler, ensuite les amis de Beaune vont tour à tour voler avec le Skypper et le Cosmos.

Aprés un repas trés convivial avec les responsables du club hôte, l’après midi nous préparons à repartir sous un fort vent de Nord. Le décollage sera un peu sportif avec un vent de côté relativement fort.

Comme à l’aller mes batteries ne tiendront pas la distance. Le vent nous pousse et nous mettrons presque 20mn de moins qu’à l’aller! A côté de l’autoroute nous filons plus vite que les voitures!

Vol sans histoire l’atterrissage “posé pas cassé” ma spécialité dixit Pierre-Jean!

Saison 2 Vol 8: En Duo

12 août 2018

Voilà c’est fait!

Il y avait déjà un moment, en fait depuis que j’ai commencé à voler en pendulaire, que j’avais proposé à mon épouse Jo de faire un baptême pour voir si cela lui plaisait et si on pouvait envisager à terme des balades ensemble comme nous l’avions fait en moto (voir nos comptes rendus de balade en moto sur ce même blog).

Et puis le temps passant, ma motivation ayant changé de cap j’ai pensé à une autre façon de voler en duo, inspirée par un vol à deux pendulaires effectué par Samir et Pierre-Jean avec un couple lors d’un baptême.

Nous pourrions faire la même chose avec cette différence que je serais aux commandes de l’un des deux pendulaires! Nous avons donc pris rendez-vous un dimanche matin par grand beau temps calme et sans vent!

Jo étant passagère du pendulaire piloté par Samir, Pierre-Jean et moi dans l’autre machine!

Comme tout vol à deux machines la rigueur est de mise il y a donc une machine cible celle de Pierre-Jean et moi qui doit garder cap, altitude et vitesse constante et ne pas faire de virage brusque. Et l’autre, le chasseur, qui évolue autour de la cible.

L’exercice pour moi est intéressant, outre de voler avec mon épouse, car garder une machine à cap, vitesse et altitude constant n’est pas aussi évident que cela en a l’air en l’écrivant!

Donc on s’équipe et on part d’abord Samir et Jo


Beau sourire! ça commence bien!

Et puis on se retrouve en vol

Pierre-Jean et moi dans le Skypper jaune

Samir tourne autour de nous passe devant dessus dessous ou en vol groupé.

Le plaisir semble au rendez-vous!

Le sol vu d’en haut est toujours un plaisir des yeux

Nous volons de conserve presque une heure

Point de vue du jaune vers le rouge!

Il n’y a de si bonne choses qui en se terminent

Ma femme a adoré elle est partante pour renouveler l’expérience et qui sais plus tard……

Une excellente journée pour tout le monde et pour nous deux!

Et maintenant la vidéo

Saison 2 Vol 7 : Les Montgolfières

10 août 2018

Pour une fois j’ai rendez-vous le soir à 19h00 je crois que les vols que j’ai  effectués le soir doivent se compter sur les doigts d’une main!

Bref rendez vous le soir temps plutôt gris à l’issue d’une semaine caniculaire avec des températures au sol ayant dépassé les 35°C.

Pierre-Jean me propose de rejoindre Chatillons-sur-Chalaronne ou des amis à lui font des vols découverte en montgolfières. L’idée et de les rejoindre et de tourner autour et de revenir!

Allons-y!

Vu le temps estival caniculaire des jours précédents je suis en short et tee-shirt, au sol la température est assez élevée. Donc on y va léger juste une petite polaire sur le dos en sandale et short sans gants!

On va donc vers Châtillon tout en montant, au loin on aperçoit les 2 montgolfières en train de décoller. Et plus nous prenons de l’altitude plus l’air se refroidit très mais alors très nettement, on caille sévère comme dirait Michel Audiard. Le corollaire est que les ballons d’air chaud montent beaucoup plus vite que nous dans l’air rafraichit!

Nous constatons rapidement que nous ne pouvons pas les rattraper et que de plus monter plus haut nous expose encore plus à un air froid intenable dans notre tenue optimiste!

Alors après avoir fait une petit tour SOUS les ballons nous rentrons en descendant dans les couches atmosphériques aux températures plus clémentes!

Au bout de la piste le bar et un café chaud!

Vite posons nous pour aller boire un café chaud.

Moralité de l’épisode se méfier des températures au sol trop agréables là-haut le froid nous guette!

Néanmoins ce fut un vol très agréable et tourner autour des ces bulles d’air chaud avait un côté magique que même le froid subit ne me fait pas regretter cet épisode!

Saison 2 Vol 6 :Vallée de l’Azergues

 6 août 2018

Sixième vol de la saison 2, un vrai feuilleton d’été, surtout que cette année l’été est vraiment présent beau et chaud.

Aujourd’hui Pierre-Jean me propose de voler au-dessus des monts du Beaujolais d’aller survoler le vallée de l’Azergues. Savez-vous qu’il y a des chercheurs d’or sur l’Azergues? http://orpaillage.fr/sorties/azergues.html

Nous survolons les monts du Beaujolais nous prenons de l’altitude d’une part pour être dans une zone plus calme et ensuite avoir une marge de sécurité pour survoler les monts.

De fait je suis plutôt surpris de voir les possibilités de poser qui existent dans une zone que j’aurais pensé plus hostile. En volant au-dessus des crêtes à plus de 4000 pieds on peut voir de chaque côté des pentes des terrains vachables et plus à l’ouest la plaine de la Loire et Roanne à une portée de vol!

Nous continuons le survol et nous suivons la vallée de l’Azergues qui démarre aux Echarmeaux.

Toujours les mêmes qui bossent!
Toujours les mêmes qui dirigent!!
Mais toujours d’accord pour admirer le paysage
Pilote et passager heureux

Voilà encore un vol plaisir au plein sens du terme, voler pour se faire plaisir sans autre but que celui-ci! J’en redemande!

Pour l’anecdote la batterie de la caméra avant (garmin) m’a lâché en cours de route hé oui encore et toujours les aléas de la vidéo en vol!

Vol en pendulaire: Saison 2

Mon dernier vol en avril 2018 c’est déroulé dans le cadre d’une formation au pilotage en pendulaire classique devant aboutir, au bout d’un temps nécessaire, à l’obtention du brevet de pilotage de pendulaire, catégorie 3 des ULM.

Ce cadre impliquait, bien évidemment, un apprentissage et une mise en pratique des éléments essentiels devant assurer ma sécurité et me permettre d’évoluer seul à bord au cours d’une étape cruciale que l’on appelle le “lâché”. Pour l’instructeur et l’élève-pilote cela se traduit par des répétitions d’actions pour acquérir des automatismes indispensable au lâché en toute sécurité. C’est une phase rébarbative mais incontournable dans l’objectif du brevet et dans cet objectif on enchaine à plus soif ce que l’on nomme des tours de piste. Décollé et atterrir durant 40 à 45mn de suite et en créant des situations dites “critiques” pour amener l’élève-pilote à les assimiler et à réagir en conséquence!

Or au cours de la dernière séance (6 avril 2018) je me suis trouvé complétement désemparé et tétanisé devant une situation un peu critique face à laquelle je savais quoi faire mais sans pouvoir le faire! A l’issue de ce vol j’ai senti le besoin de faire le point sur ma motivation et la suite que je devais donner, ou pas, à ma formation telle qu’elle se déroulait.

La première question à laquelle je devais répondre était: est-ce que j’avais envie de voler? La réponse était bien sur oui et cela depuis que je suis môme et ce que j’avais vécu adolescent en vol à voile était gravé profondément dans ma mémoire comme des instants les plus agréables.

Ensuite est-ce que j’avais envie de continuer les vols dans le cadre actuel? La réponse était tout aussi nette dans ma tête, non je n’y prenais plus de plaisir, au contraire cela devenait de plus en plus source de stress. L’apprentissage répétitif ne m’amenait pas de plaisir et à mon âge j’étais venu m’inscrire pour éprouver du plaisir à voler!

Enfin est-ce que courir après le brevet était mon objectif? Si au début, comme tout un chacun, l’idée de voler seul était bien celle qui me motivait il était devenu clair, pour moi, que payer pour avoir du stress n’était pas la solution à l’évidence!

Alors quelle alternative à part cesser de voler?

Je me suis entretenu avec mes instructeurs en tête-à-tête. Samir puis Pierre-Jean qui ont bien compris ma réflexion et Samir m’a proposé de voler pour voler avec un instructeur évidemment. La proposition était simplement d’abandonner l’objectif du Brevet et les leçons qui vont avec pour prendre un forfait de vol et d’aller en balade avec eux autour du terrain ou plus loin si l’occasion se présente et si j’en ai envie!

Je revenais à ma notion de plaisir pour le plaisir, voler pour mon loisir, certes accompagné et pas seul, mais c’est aussi agréable de partager avec quelqu’un le plaisir du vol et ensuite, pour moi, c’est rassurant. En faisant un bilan je devais de toute façon prévoir des engagements financiers pour continuer à voler après le brevet éventuel.

J’ai donc accepté leur suggestion de revenir voler pour mon seul plaisir sans objectif déterminé et ensuite on verra comment les choses évolueront peu importe en tout cas l’objectif est clairement le plaisir et exclusivement le plaisir!

Donc, comme certains amis du forum Delta Air ( Delta Air Forum des pendulaires ) me l’ont suggéré j’entame la saison 2 des vols à Pizay sans autre objectif que de m’envoyer en l’air au sens littéral du terme!!

Bienvenu dans la Saison 2 de mes péripéties “pendulistiques”.