Formation pendulaire : 37ème vol

Vol 37, 29 janvier 2018 10h30

  • Temps gris, mais sans pluie, pas de vent notable, plafond bas côté monts du beaujolais et mais largement suffisant au-dessus de Pizay et de l’Ain, température au-dessus des normales environ 8/10¨C! Trois jours sans pluie, plus hier une journée ensoleillée et un peu de vent ont, en partie, asséchée la piste. Donc on peut voler!
    Alors hier j’avais les caméras pas le son, aujourd’hui:
  • le son OK
  • caméra AV OK
  • caméra AR OK
  • synchro son OK

Tout va bien. Heu pas tout à fait non! ma caméra 2 est orientée vers l’avant pour la synchro son et, normalement, je la retourne vers l’arrière. Sauf que là distrait pas un décollage très court, j’en oublie de remettre cette caméra dans l’axe arrière!

Mais de tout malheur quelque chose est bon, le taux d’humidité était ce matin très élevé, ce qui a conduit un peu de condensation sur le boitier de la caméra 1 et rendu ses images peu exploitables donc la caméra 2 a sauvé la situation, comme vous aurez les commentaires, j’espère que l’intérêt pour cette vidéo sera intacte!

Allez on passe au sujet principal ma formation! Ce matin Pierre-Jean me propose de faire des approches de précision sans se poser ( on essaie de ne pas trop martyriser la piste encore bien humide malgré tout). Toujours avec le Skypper Rotax 912 et l’aile Bionix².

Donc nous allons simuler des atterrissages, PJ me dira quel plot et de quel côté de la piste je dois prendre comme point de convergence! En gros il me dira 3ème plot à droite ce qui signifiera que je devrais prendre comme point de convergence le 3ème plot après l’entrée de piste sur le côté droit de celle-ci.

Et puis comme PJ a l’esprit facétieux et que je m’étais plaint de la difficulté que j’avais eu à lire les indications de l’altimètre lors de mon précédent vol. PJ me dit benoîtement:
– appuie une 4ème fois sur le bouton en bas à droite de l’écran!
Et ho surprise l’altimètre, le badin, disparaissent ne reste plus que le régime moteur, température des culasses bref que les indications moteur.
comme tu as du mal à lire l’altimètre hé bien on va s’en passer tu estimeras ton altitude visuellement!

Bien tiens! Je n’y avais pas pensé à celle-là!!

Bon faut que je fasse gaffe à ce que j’écris dans mes CR.  IL LES LIT c’est sur!!

En même temps si je les mets sur internet faut bien que quelqu’un en profite, hein normal!

Bref! Moteur à température, on peut y aller, je ferais un simulacre de radio et puis j’oublierai aussi vite pour ne plus m’en servir durant l’heure suivante!

Donc je vais faire des tours de piste avec exercice d’atterrissage de précision sans altimètre ni badin juste les tours moteur dont je n’ai pas encore l’habitude!

Mais en fait cela va beaucoup mieux se passer que je ne le craignais, il est vrai que l’habitude du terrain fait que j’ai mémorisé sans m’en rendre compte repères sol, et perspectives pour être, à peu près, à la bonne altitude. J’ai quand même tendance a être un peu au-dessus qu’au dessous.

Bon premier exercice, altitude en entrée de piste assez correcte, premier plot à gauche je m’en sors pas trop mal cette fois-ci, on en refera 3 ou 4 autres ou question précision du point de convergence je serais pas trop mauvais.

Mais, comme l’idéal n’est pas de ce monde, lors d’une des remises de gaz suite à notre approche, j’aurai un geste à tirer trop important et nous toucherons des roues le sol avant que je relâche un peu la barre pour le laisser remonter. En remise des gaz comme j’étais déjà en prise de vitesse je devais juste accélérer sans rajouter de la pente en tangage!

Autre exercice du même ordre mais en étant verticale piste dans l’axe puis à 90°  vers l’Ouest. En fait dans cet exercice comme on survole la piste on ne la voit pas. Donc première chose dégagée en virages pour pouvoir la visualiser et repérer ton point de convergence. S’écarter de la piste pour pouvoir mieux y revenir! De plus dans cet exercice l’altitude est supérieure à une prise de terrain classique à Pizay. Je pense que nous étions à environ 2000 pieds (je rappelle le traître de PJ m’avait fait zappé les instruments de vol) au lieu des 1400 habituels.

Mes virages de retour vers la finale était trop près et j’ai eu à chaque fois un surplus d’altitude que j’ai du perdre avec des prises de terrain en (petit) S ce dont j’aurai pu me passer en prolongeant un peu ma vent arrière!

Puis dernier tout pour un atterrissage complet. Toujours avec une altitude estimée!

Je me mets dans l’axe et prise de vitesse sur le point de convergence que PJ m’a indiqué, pas trop mal. L’atterrissage sera un des meilleurs que j’ai fait je crois avec un touché des roues quasi imperceptibles, mais, comme j’ai acquis pas mal de vitesse, l’aile me la restitue en portance et le posé effectif des roues se fait assez loin du point de convergence, la piste humide freine un peu mais je dois quand même par petits coups donner du frein.

Retour au parking direction le tuyau d’arrosage pour un toilettage du Skypper!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.