Formation pendulaire: 34ème vol

15 décembre 2017, 17h30

La journée du 14 décembre ne laissait pas présager un temps “volable” ce matin. Et pourtant une météo favorable avec belles éclaircies, température de saison, 5°C et un léger vent de sud au sol et ouest, selon les nuages, en l’air.

Arrivée sur le terrain et petit briefing de Pierre-Jean sur la leçon du jour. Il va me faire aborder 3 aspects nouveaux du vol pour moi :

  • les virages serrés d’évitement,
  • le décollage court
  • l’atterrissage de précision au moteur

Principe du virage serré (inclinaison au-delà de 30°), prise de vitesse, barre tirée avec gaz, inclinaison franche du côté opposé à la trajectoire que l’on veut éviter, puis augmenter l’incidence en restant dans le domaine de vol, relâcher les gaz pour sortir du virage et rester en palier!

Pierre-Jean va me faire deux démos assez décoiffantes ensuite je vais m’y exercer 3 fois, avec pas trop mal de réussite ma foi! Donc retour vers le terrain avec, bien sur, la panne simulée, mais au-dessus d’un espace ou les champs propices au posé ne sont pas légions et bordés par une ligne haute tension. J’en identifie un, face au vent, un peu court sans doute, mais “posable”! On se présente et en finale on remet les gazs retour au terrain!

Nous nous posons, et mon poussé de barre sera moins coulé que lors du dernier vol!

Posé, demi-tour, mise dans l’axe et décollage court.

Le principe du décollage court c’est d’avoir une distance de roulement au sol la plus courte possible. Donc en bout de piste, frein serré, mise des gaz (=> 5000 t/mn), barre poussée vers l’avant, sans toucher au tube, lâcher des freins, et dés que les roues quittent le sol, ramener progressivement la barre pour la prise de vitesse ensuite laisse monter.

Bon à part une hésitation la première fois, j’ai compris le principe et je pense l’avoir correctement réalisé ensuite!

Viens l’atterrissage de précision au moteur.

Il s’agit de poser les roues à un endroit précis du terrain, cela peut être utile si on doit se poser sur un terrain court. Comme procède-t-on?

En finale, à une hauteur inférieure à celle habituelle, on prend de la vitesse barre tirée mais la hauteur est maintenue au gaz en accélérant, et on laisse tout au ralenti au moment jugé opportun pour le toucher des roues à l’endroit voulu!

Clairement c’est une phase que je dois retravailler soit je remet trop de gaz ou pas assez ou je manœuvre trop la barre par rapport au gaz, bref pas encore au point sur cet aspect là.

Lundi prochain dernier rendez vous pour 2017!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *