Formation pendulaire : 29ème vol

24 novembre 2017: 10h00

Le temps est gris, chaud pour la saison, 11°C dans mon jardin, mais visibilité horizontale excellente et plafond très haut. Le vent Sud, Sud-Ouest est variable au sol mais plutôt faible. On verra plus loin qu’en altitude il n’en sera pas de même.

J’arrive au terrain, le Skypper est déjà sorti du hangar prêt pour sa visite prévol! Je salue tout le monde, un petit café et je vais donc faire la visite. L’aile, le chariot, le groupe motopropulseur, pour moi OK! J’installe ma caméra et je vais m’équiper combinaison, gants et casque puis retour vers le pendulaire en compagnie de Pierre-Jean.

Et PJ me dit:” tout est OK”
-Heu oui niveau essence bas mais largement suffisant pour des tours de piste”
-Et le robinet d’essence qui est fermé?
-Pardon? Ho M…. (ici un mot technique qui n’a pas de traduction en français)

Hé oui je suis tombé dans la routine en passant devant le robinet sans le voir en position fermée! Pourtant j’ai suivi le circuit d’essence de la poire (la poire sert à amorcer les carbus après une période d’inactivité elle évite l’utilisation prolongée du starter) aux carburateurs. Première leçon du jour une visite prévol n’est pas une routine même si elle doit procéder selon un ordre précis.

Bon on y va procédure ACHEVER faite on va en bout de piste 34 décollage face au sud. Accélération, palier de vitesse, OK, montée je relâche un peu trop brusquement la barre ce qui provoque un angle de montée important que je dois corriger bon à améliorer encore je fais un peu de la montagne russe.

Et nous constatons dès le décollage que l’air n’est pas du tout aussi calme que les jours précédents il y a même de forts coups de tabasse qui secoue l’aile et le chariot, de plus le vent en altitude est beaucoup plus fort qu’au sol avec un gradient élevé il est Ouest plus que Sud et je constate une forte dérive lors de la montée dans l’axe de piste que je dois corriger.

1400 pieds régime de croisière virage à gauche pour la vent arrière, je vire un peu comme d’habitude inclinaison faible mais le vent m’embarque je dois donner plus d’inclinaison et corriger ma vent arrière de la dérive qui m’éloigne du terrain! Nous sommes à la hauteur de l’entrée de piste, tout réduit virage à gauche et face au vent la vitesse sol chute on descend sans avancer beaucoup, mise dans l’axe et ça chahute pas mal, j’ai des difficultés à contrôler le roulis en prise de vitesse. Et du coup au lieu de me poser milieu de piste comme prévu je vais être début de piste, j’essaie de verrouiller la barre pour contrer le roulis, je garde la vitesse et j’arrondis en essayant de l’empêcher de se poser. Et je tire au lieu de pousser, puis je pousse mais du coup posé encore “dur”. Encore une phase du vol que je dois travailler!

On repart, décollage mieux que le précédent relâcher de la barre plus progressif mais je dois pouvoir faire plus doux encore! Et PJ me dit panne moteur! Je relâche l’accélérateur, barre au ventre et je pose en bout de piste sans trop de stress.

Allez on y retourne, décollage (je sens que ça vient) montée et à 1400 pieds virage mais PJ me demande de continuer à montée, le virage je l’ai pris avec plus d’inclinaison ce coup ci et je suis moins éloigné de la piste que la première fois. Je suis donc à 2000 pieds, en vent arrière, ça bouge bien sur des coups de vent et PJ me dit panne moteur!

J’ai la piste devant moi mais vent dans le dos, hauteur de 2000 pieds je pense faire la prise de terrain normale, mais je me laisse embarqué par le vent et je me trouve éloigné de la piste et là je ne trouve pas de solution immédiate, on remet les gaz! Conclusion il faut que je sois plus attentif a deux choses, les solutions de secours possible et le vent, j’aurais virer contre le vent et non pas dans le vent comme une prise de terrain “normale” le vent m’a embarqué et fait perdre mon atout altitude au moment décisif!

Pierre-Jean me refera un coup de la panne mais plus classique nous sommes en vent arrière et à mi hauteur de la piste, panne, J’arriverais à gérer la situation pas trop mal.

Et puis de nouveau mais là il va couper le moteur carrément! Pas de remise des gaz possible mais je suis dans une situation moins complexe, de mon point de vue, que tout à l’heure, car là je sais ou aller et quoi faire. je me pose, mieux que les autres fois, je trouve, et dernier tour avant de revenir au parking!

Vol intense avec des mises en situation pas évidentes, en tout cas pour moi, la preuve à un moment je n’avais pas de solution viable, l’aérologie était assez perturbée avec parfois des coups de vent assez forts.

J’en tire deux enseignements, tout d’abord il me semble que je progresse dans les décollages et atterrissage même si ceux-ci sont parfois encore un peu dur par contre je dois travailler la gestion de situation, mieux prévoir, anticiper l’événement et les décisions qui en découle. Pour cela une seule solution, voler et encore voler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.