Formation pendulaire: 28ème vol

21 novembre 2017, 10h00 15h00

Rendez-vous avait été pris pour ce mardi matin 10h00, au lever ciel bien bouché chez moi, à 9h30 il c’était bien dégagé. Allez j’y vais, 0°c affiché au tableau de bord de la voiture, pare-brise verglacé, brrrr. Arrivé sur l’aérodrome il est totalement dans la purée, on peine à voir l’autre côté de la piste alors le bout de piste tout juste. Pas question de voler donc! Pierre-Jean, rasé de près!, me propose un créneau en début d’après-midi vers 15h00. Parfait juste le temps de faire ma sieste et je serais pile poil dispo pour mon 28ème vol!

Donc retour à la maison et dés la sieste finie je repars vers Pizay!

Le temps est splendide, ciel bleu, la température est bien montée depuis le matin environ 10/12 degré selon l’emplacement du thermomètre. Très peu de nuages et le plafond est haut. Les conditions idéales pour voler!

Ha oui vraiment temps idéal!! Il y a affluence sur la piste, deux pendulaires en préparation, deux axes sortis du hangar et un hélicoptère qui se pose……et moi et moi en plus de tout ça! Va falloir sérieusement regarder de partout avant de manœuvrer.

Alors aujourd’hui que va-t-on faire? Ho surprise des tours de piste, mais avec une variante une prise de terrains en S.

Allez c’est parti! Enfin presque, l’hélico qui venait de Tarare va rejoindre ses pénates et commence sa manœuvre. Alors avec un hélico il faut doublement se méfier, d’abord il peut partir dans toutes les directions y compris marche arrière et en crabe donc bien vérifier qu’il nous a vu! OK c’est fait!

Ensuite le souffle du rotor est très puissant surtout près du sol et tu peux te faire retourner comme une crêpe. OK je reste sur le parking et PJ nous annonce à la radio pour prévenir tout oubli.

Tiens en parlant de la radio sur la vidéo il n’y aura pas de prise de son comme j’essaie de le faire depuis quelque temps! Mon système, qui est ultra simplissime, à l’inconvénient de capter tout ce qui se dit et tous les parasites qui arrivent aux écouteurs du coup cela a fait un brouillamini de scratchh, de zszz et parfois de tsssiiiiii et aussi de parole mais totalement noyées dans le bruit environnant inutilisable! Donc on revient “à l’ancienne” avant le parlant (1927 “Le chanteur de Jazz”), l’image sans le son avec un accompagnement sonore!

Allez l’hélico est parti mais attention il y a un 3 axes sur le parking à côté de nous, PJ me précise que je dois lever l’aile pour éviter toute surprise comme un coup de vent ou un mouvement imprévu du 3 axes!

Les pendulaires ont décollé, ils sont en l’air je ne connais pas leurs intentions, à l’entrée sur la piste je devrais doubler de précautions et vérifier très attentivement la présence (ou l’absence) de machines dans le circuit. La radio peut aussi servir à cela mais j’avoue que le nombre de messages entendus cet après-midi venant d’un peu partout, demandait à être attentif aux contenus pour distinguer ceux qui nous concernaient vraiment des autres aérodromes dont nous captions les échanges. Bref pas forcément un plus en tout cas dans les conditions de cet après-midi!

Bon mais c’est pas tout çà j’ai une leçon à raconter moi et je papote!

Allez revenons au vol du jour prise de terrain en S. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler dans un article précèdent que si je le retrouve je vous dit lequel mais vous pouvez aussi chercher tout seul! Non?

Comme son nom l’indique nous atterrissons après avoir exécuté, face à la piste, une figure en forme de S destinée à nous faire perdre de l’altitude rapidement pour se poser! On en déduit que cette pratique s’exécute quand nous nous trouvons avec un excédent d’altitude par rapport à la piste. En conséquence dans la montée PJ me dit ” Tu prends la branche vent arrière et tu restes en montée jusqu’à 2000 pieds”. Décollage, je m’améliore là, palier de prise de vitesse, OK; relâché de la barre pour la montée, passable peux mieux faire; maintien dans l’axe de la piste, correct mais se laisse embarqué.

Nous voici à 2000 pieds à la hauteur de l’entrée de piste, moteur au ralenti on commence l’exercice, virage à 90° pour rester d’équerre avec la piste, évaluation de la distance avant le 2ème virage à 180°, puis mise dans l’axe, finale et posé? Ca c’est la théorie, fastoche!

Dans la pratique c’est un peu plus aléatoire, déjà être à 90° de la piste ben, pas évident à vue d’œil à 2000 pieds (environ 700m d’altitude mais 500m de hauteur sol), puis apprécier la pente de descente pour juger quand faire le virage pour se mettre dans l’axe! Le premier coup j’ai virer trop tôt du coup j’étais encore trop haut au moment ou j’aurais du me mettre dans l’axe de piste, en conséquence j’ai prolonger ma base pour refaire un virage et me mettre dans l’axe. Deux virages de trop et du coup une perte d’altitude importante et je dois me poser court au lieu du milieu de piste demandée!
On recommence, et PJ me donne une astuce lors du premier passage à 90° ne faire le virage que quand la roue arrière du chariot se trouve entre mon œil et l’entrée de piste en gros à 45° derrière moi!

OK on repart, décollage, montée, branche vent arrière en montée, 2000 pieds moteur ralenti premier virage!Je prends le repère de ma roue arrière et quand je la vois passer sur l’entrée de piste j’enclenche mon virage 180°. Puis Virage à 90° pour me mettre dans l’axe et là, effectivement, je suis bien dans l’axe, à la bonne hauteur, mon point de visée est un peu en avant de la moitié de piste, prise de vitesse, maintien du roulis, arrondi et posé….. toujours un peu dur!!
Troisième essai qui sera moins bon, nous avons entendu à la radio qu’un hélicoptère (un autre) se présente en finale sur la piste 16, effectivement je le vois, je prolonge un peu ma vent arrière pour le laisser se poser et éviter ses turbulences, mais il se pose à gauche de la piste de l’autre côté des hangars et du parking, je me dit qu’il va forcément se déplacer vers le parking et donc traversé la piste du coup je suis trop court et pas assez vite! Là j’aurais du refaire le tour je n’avais pas l’esprit dégagé, la position de l’hélico m’avait perturbé! Je n’arrive pas à prendre la décision de remise des gaz sur l’événement, c’est ensuite que je me dis là j’aurai du repartir je n’étais plus à ce que je faisais de manière suffisante! Je dois intégrer la remarque que m’avait faite Samir, la question est : dois-je couper les gaz plutôt que dois-je remettre les gaz.

Ensuite il y a eu beaucoup de mouvements de 3 axes, de pendulaire, à l’arrivée et au départ, PJ en à profiter pour me faire faire une autre prise de terrain en S avec décollage dans la foulée un” touch and go” comme on dit en français dans le texte! Suivi immédiatement d’une panne moteur alors que la piste est derrière moi, allez prise de vitesse je vise le champ droit devant maintien du roulis et……on repart PJ me disant OK s’il avait fallu on se posait sans problème dans le champ!

Dernier tour “normal” prise de terrain habituelle avec les hauteurs classiques et je m’en sors pas trop mal ce coup-ci la gestion du touché un peu dur mais moins que les fois précédentes.

Retour au parking, debriefing, et l’ami Parafun du forum Air Delta vient nous faire un petit coucou on échange quelques mots et une grande poignée de mains en se disant à la prochaine pour d’autres aventures!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *