Formation pendulaire: 21ème vol

20ème vol, 10 octobre 2017

Ce matin rendez-vous à Pizay à 9h00, le temps est beau et frais, mais de la brume reste accrochée au sol par bancs plus ou moins importants, si elle ne se lève pas le vol ne pourra pas avoir lieu. Un des principes de l’ULM est de voler à vue (VFR en sigle) c’est à dire de voir le sol à tout moment, avec cette brume cela n’est pas possible.

Bon mais comme je suis à 15mn de l’aérodrome en flânant, autant aller voir sur place. J’arrive assez tôt par rapport à mon rendez-vous, le terrain est calme, les hangars sont encore fermés. Pas un souffle de vent, la manche à air pend lamentablement le long de son mât. Une petite brume est sur la piste mais elle semble se dissiper assez vite, en effet en 10mn plus rien, la vue est dégagée et le sol est visible depuis le ciel! On va pouvoir voler.
Cela maintenant 10 jours que je n’ai pas volé! J’ai fait une petite escapade dans ma famille du côté de Saint-Raphaël une étape vers mon village natal, Le Dramont.

Mais après 10 jours on va voir ce que j’ai oublié ou bien ce qui a muri dans mon apprentissage.

Aujourd’hui pas de film!

J’en vois qui ricane au fond, il a encore oublié de démarrer la caméra, il n’a pas mis de carte mémoire, la batterie était déchargée ou bien que sais-je encore, un de ces oublis dont je vous ai saupoudré mes comptes rendus depuis le 1er vol! Hé bien non pas du tout mauvaises langues de peu de foi.

C’est sur une suggestion des instructeurs de Pizay que je n’ai pas SCIEMMENT amené ma caméra aujourd’hui. Pour voir si celle-ci ne venait pas me perturber inconsciemment dans ma concentration lors des vols!

On va voir!
Donc ce matin température fraiche au sol, absence de vent et plus de brume, temps idéal pour l’apprentissage. Peu de monde sur le terrain, nous ne serons pas dérangé dans nos exercices.

Bien évidemment nous allons faire des tours de piste, décollage, branche vent arrière et atterrissage. Il faut absolument que cette phase soit un automatisme pour moi et que je puisse faire face à tout aléas en sécurité!

Sur ce schéma il s’agit d’un avion 3 axes, pour les pendulaires le principe est le même mais les angles d’approche sont différents. sur nos machine nous avons une trainée beaucoup plus importante nous autorisant des angles de descente plus raide largement supérieur au 3° indiqué.

Si je trouve un croquis plus adapté je le mettrais la prochaine fois.

Visite pré-vol effectuée, sans installation de caméra, cette fois-ci volontairement!
Mise en route et arrêt au point d’arrêt avant l’entrée de piste, vérification des derniers éléments (la formule A.C.H.E.V.E.R.) et mise dans l’axe pour le décollage! Bon alors ce foutu palier de vitesse que je ne maitrise pas encore on va voir si j’ai pigé le principe ou pas!
Ce coup-ci je vais procéder un peu différemment, une fois la machine lancée et sustentée je vais la laisser monter d’un mètre ou deux et la maintenir à cette hauteur sur les 3/4 de la longueur de la piste. Puis je vais relâcher la barre pour la laisser se mettre seule au neutre et contrôler la montée avec le régime moteur jusqu’à 1400 pieds d’altitude (soit 700 pieds au-dessus du sol du terrain). On verra si ça marche cette fois-ci sur plusieurs décollage!
Allez GO! C’est parti!

Accélération à fond, je pousse la barre en avant en butée, le Skypper décolle, je le laisse monter un peu et tire doucement la barre vers moi, je regarde au fond du terrain pour ne pas le laisser prendre de hauteur je le maintiens à 2/3m du sol. Le palier de vitesse est réussi! Youpi!

Au 3/4 de la piste je relâche la barre qui revient d’elle même en position neutre. Moteur à 6000t/mn pour atteindre les 1400 pieds, Je me mets en palier à 5000t/mn et après avoir vérifié qu’il n’y avait personne dans mon secteur 3/4 arrière j’entame mon virage pour rejoindre ma branche vent arrière. Voilà je suis à 1400 pieds, j’estime être bien sur ma branche arrière, je remonte la piste et à la hauteur de l’entrée de piste, je réduis tout sans brusquerie et j’entame ma descente pour me poser. A la sortie de mon 1er virage je me trouve pas très haut et quand je finis le second pour être dans l’axe de la piste je suis bas, en fait comme un avion mais les pendulaires ayant beaucoup plus de trainée descende plus vite moteur ralenti qu’un avion, là pour le coup je dois remettre du moteur pour prolonger mon plan de vol sur un palier me permettant de rejoindre l’entrée de piste avec une hauteur suffisante. Mais se faisant et paradoxalement je ne peux pas prendre de la vitesse suffisamment pour un atterrissage en douceur et le posé sera une peu dur, boum, mais selon la méthode anglaise il est parfait puisque la machine peut repartir sans problèmes! On se satisfait comme on peut n’est-ce pas!

On repart, je réussis mon palier de prise de vitesse une deuxième fois d’affilée !

Branche vent arrière j’étais court alors je vire plus tôt mais là du coup vraiment trop long et même en prenant de la vitesse je ne pourrais pas me poser aller je refais un tour gaz et je reprends mon circuit. J’arrive à l’entrée de piste, je réduis les gaz et là le moteur s’arrête! Oups il a calé! Je redémarre il se recoupe! Pierre-Jean derrière me dit mets le contact sur “ON” et laisse le! Ha ok “panne surprise” moteur coupé sans prévenir, je vire vers la piste, mais j’ai perdu du temps en voulant redémarrer le moteur et je suis bas mais j’ai un peu de marge pour venir me poser sur la piste avec une prise de vitesse suffisante! Et paradoxe je me poserais plus doucement qu’avec le moteur !

En commentant ce vol j’explique à Pierre-Jean que lorsque la barre est au neutre elle se situe exactement entre mon regard et l’altimètre, de ce fait pour vérifier mon altitude je dois bouger la tête et passer mon regard par en dessous la barre. Par contre je vois toujours le compte-tour quelque ce soit la position de la barre en vol.

Hé bien on va régler ce problème me dit Pierre-Jean, tu coupes l’alimentation de l’altimètre et quand tu auras estimé ton altitude tu entameras ta branche vent arrière!

Donc je vais faire un tour de piste sans altimètre! Je devrais estimer ma hauteur et ensuite faire mes manœuvres! Bon allons-y!

Décollage montée régime moteur 6000t/mn (le compte-tour fonctionne ) je sais donc que je grimpe mais il faut maintenant que j’estime ma hauteur par rapport au sol, voyons voir mes repères à l’horizon les montagnes sont là je dois rester sous les sommets, au sol j’ai une grosse maison et sur ma droite un village, quand la distance apparente entre les deux me semble correspondre à la hauteur habituelle j’engage ma branche vent arrière. Je reste à distance raisonnable de la piste et j’essaie visuellement de confirmer ma hauteur cela me semble bon, je maintiens le régime moteur à 5000 t/mn, à la hauteur de l’entrée de piste je réduis le moteur et entame mon virage, je suis un peu haut je vais entamer une PTS pour perdre de la hauteur en restant en vue de la piste au cas ou derrière on voudrait de nouveau me couper le son!
Mise dans l’axe, heu pas tout à fait, mais comme il n’y a pas de vent tant pis je dois y aller, prise de vitesse, la machine descend, je l’empêche de toucher le sol elle s’enfonce d’un coup, un coup de vent surprise, je lui redonne de la vitesse puis repousse la barre, ça roule!

Posé pas cassé!

Au débriefing on fera le point.

J’ai progressé sur le palier de vitesse, par contre mes atterrissages sont encore un peu durs et je ne maitrise pas encore les hauteurs en entrée de piste une fois long une fois court!
Je laisse aussi la machine trop s’engager dans les virages je dois mieux la maitriser.
Un point intéressant sur la “panne moteur” , avant d’essayer de redémarrer un moteur arrêté je dois d’abord me préoccuper de mon atterrissage en sécurité, une fois le terrain choisit (ici la piste) et dans l’axe, je peux éventuellement essayer de redémarrer le moteur.

La j’ai essayé de suite et le temps que j’ai passé à le faire j’ai perdu de l’altitude qui aurait pu me manquer lors de l’atterrissage.

Leçon du jour d’abord assurer sa sécurité, ensuite voir si on peut surmonter la panne mais dans un second temps seulement, tout temps perdu au départ ne se récupère pas sans moteur!

2 réflexions au sujet de « Formation pendulaire: 21ème vol »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *