Formation pendulaire: 17ème vol

Vol 17: 25 septembre 2017 9h30

Après une interruption de plus de 15 jours je reprends mes leçons ce lundi avec Pierre-Jean.

Aujourd’hui gestion de panne moteur en vol !

Je vais donc monter à environ 1000 pieds/sol soit une altitude d’un peu moins de 2000 pieds. Je dois voler en fonction des terrains « vachables » que je devrais identifier en vol. Au signal de Pierre-Jean, je mets le moteur au ralenti et je simule une panne en essayant de me poser sur le terrain que j’aurai sélectionné comme étant potentiellement utilisable par un pendulaire sans trop de risque pour l’équipage.

Nous décollons en piste 34 (face au nord quasiment) et nous nous dirigeons vers la Saône et ses berges du côté de l’Ain. Bon toujours mes difficultés à faire mon palier de vitesse décidément je n’ai pas encore pigé le truc !

Je me mets en palier à 1800 pieds moteur à 5000 t/mn et je regarde en bas les terrains qui me paraissent pouvoir me permettre un atterrissage d’urgence sans casse. Mais à quoi les reconnaître ?

Bonne question je l’ai donc posé, avant notre départ, à Pierre-Jean voici ce que j’en ai retenu :

– terrain plat et dégagé c’est à dire sans arbres ni obstacles en hauteur en début, ou alors rallonger le besoin en longueur.

– éviter terrains à vaches trop déformés par les sabots et les bouses et qui peut devenir dangereux si un animal se déplace pour venir voir !

-éviter aussi terrain labouré et dans le cas ou il n’y a pas d’autres choix se mettre dans le sens des sillons quelque soit le vent

– l’idéal terrain pas trop herbeux qui laisse deviner la terre

– faire attention aux lignes électriques invisibles en elle-même mais qui sont supportés par des poteaux qui eux se voient. Les pylônes haute-tension sont très visibles beaucoup moins le poteau en bois qui amène à travers champ une ligne électrique (ou téléphonique) isolée !

– faire attention aussi aux petits fossés qui peuvent couper en champ et qui sont masqués par la hauteur de l’herbe

Et bien sur règle de base se poser face au vent, si possible. Mais comme nous sommes dans une gestion de panne, cette question doit être connue durant le vol AVANT la panne car dans ce cas là seul l’endroit de secours importe. Si le vent est faible peu importe son sens, s’il est fort la dérive constatée durant le vol doit nous permettre d’estimer sa direction. D’autres éléments peuvent faciliter cette déduction, des fumées, les risées sur une surface d’eau par exemple,

Lundi coup de pot pour moi vent nul donc ce critère ne jouera pas dans le choix du terrain de secours et de la façon dont on l’abordera.

Ni vent ni turbulences !

Donc revenons à notre leçon.

Juste avant de franchir la Saône Pierre-Jean me susurre dans l’écouteur « Panne !!! ».

Je relâche l’accélérateur moteur tout ralenti et je commence mon approche du terrain que je venais de repérer devant moi. Un petit pré, bien vert, juste avant une ligne haute tension qui ne me gênera pas là ou je suis mais avec des arbres en fin de champ. Je suis un peu trop haut et je mesure que mon choix de terrain n’est pas trop pertinent un peu court en fait. Pierre-Jean me précise que vu la hauteur ou nous nous trouvions le choix est plus large que seulement le terrain devant moi et que, par exemple, sur ma gauche il y avait un choix beaucoup plus pertinent.

OK vu l’altitude à laquelle nous volons j’ai donc une marge, donc pas de précipitation mais sans lambiner non plus. Je dois en permanence avoir en tête un terrain de secours lors du vol, en fait je dois me déplacer essentiellement en fonction de cette contrainte tout en progressant vers mon objectif.

Nous franchissons la Saône, nous survolons le département de l’Ain. Allez panne m’annonce PJ.

Là j’avais déjà repéré un magnifique champ large et tout en longueur plus long que notre piste et qui plus est dans l’alignement un deuxième tout pareil !. Je suis un peu haut mais je décide de conserver mon choix et j’entame une série de S pour perdre de la hauteur tout en restant en vue du champ choisi. Voilà je suis bien j’entame ma descente barre tirée et je commence l’arrondi et je remets des gaz, car bien sur il n’est pas prévu que nous nous posions volontairement en campagne.

Pierre-Jean profite de la grande longueur des champs en enfilade pour me demander de faire un vol très basse hauteur. Donc je suis à 3/4 mètres du sol gaz au régime palier en tirant légèrement la barre pour empêcher le pendulaire de monter. Les arbres du fond se rapprochent vite, je repousse un peu la barre pour laisser le Skypper prendre de la hauteur.

Demi tour sur la gauche le long de la rivière et nous voyons des fumées s’élever verticalement (confirmation pas de vent) mais à notre hauteur la fumée s’étale horizontalement (séquence visible sur la fin de la vidéo) indiquant un changement de pression en altitude, une inversion. Contrairement à l’habitude, la pression diminue avec l’altitude, là nous avons un phénomène météo d’inversion une couche atmosphérique plus dense c’est placé au dessus de celle du sol et il arrive, aussi, que la température dans cette couche soit supérieur à celle au sol.

Nous rentrons au terrain. Que je trouve du premier coup mais un peu par hasard avouons le. Nous faisons une verticale piste à 3000 pieds, rien dans le circuit, vent toujours nul on va se poser en 16 vers le Sud. Pierre-Jean me dit coupe le moteur. Contact sur off, clef sur off, le moteur s’arrête ; par sécurité je remets le contact et la clef sur on pour redémarrer d’un geste si besoin est.

Nous allons nous poser moteur éteint.

Silence, juste un sifflement du vent dans les haubans ! Je vais vers la branche arrière piste ) main droite puis à la hauteur de l’entrée de piste j’entame mon virage que je prolonge d’un S pour perdre de la hauteur, je met la machine dans l’axe , je tire la barre pour prendre de la vitesse, la machine descend vers le sol et je lui refuse progressivement et hop on roule Je suis pas mécontent sur ce coup là !

Je la laisse filer sur son aire, puis redémarre le moteur pour rejoindre le parking !

Fin de la leçon des pannes Tome1!

Vidéo brute sans montage sonore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.