Formation pendulaire: 15ème vol

Vol 15 4 septembre 2017 9h00

Lundi 4 septembre c’est la rentrée pour les jeunes, écoles, collèges et lycées, les parents sont aussi surbookés que leurs enfants et moi je vais prendre ma 15ème leçon à Pizay avec Samir.

J’ai toujours entête mon vol raté précédent avec lui et j’avoue que je ne suis pas très à l’aise aujourd’hui.

Samir m’explique la leçon du jour, passage en basse altitude au-dessus de la piste pour gérer tangage et régime moteur de façon à garder une altitude constante. Gestion au trapèze pour garder la bonne hauteur puis ajustement régime moteur pour ne pas monter ni descendre. Oups déjà que je me pose des questions sur mes capacités à décoller en plus faut que je fasse du radada !

Bon je me prépare mentalement mais je pense au décollage et à ce foutu palier de vitesse qui me prend la tête, pas bon ça pour la leçon du jour. Je verrais, si je re foire mon décollage je dirais à Samir d’abréger la leçon ou de travailler cette phase là avant d’aller plus loin ! Il faut que j’arrive à me sentir totalement serein lors du décollage !

Samir et Mélanie sont de retour de Blois ou ils ont exposé. Les enfants à l’école la base est calme avec seulement nous 3. On ouvre le hangar, on sort le Skypper et j’entame la vite pré vol. Matinée fraîche va faire frisquet là haut ! J’installe ma caméra et comme d’hab j’oublierais de la démarrer ! Décidément la vidéo et moi c’est incompatible.

Bref, démarrage du moteur un poil laborieux, par contre montée en température rapide. Je me présente en entrée de piste, arrêt, procédure A.C.H.E.V.E.R., présentation dans l’axe de piste sur la 34.

Voilà nous y sommes comment je vais gérer ça ce matin ? J’essaie de me décontracter régime moteur à fond je bloque mon pied pour être sur de ne pas relâcher la pression, barre en avant, le pendulaire accélère se déleste, je le laisse monter un peu je tire la barre progressivement vers moi, au fur et à mesure que nous montons je relâche la barre et laisse le régime moteur descendre légèrement, zut un poil trop j’en remet un peu. Bon cela ne c’est pas trop mal passé cette fois-ci.

On monte je cale le régime vers les 6000 t/mn, le vent a tourné au nord, on va se poser sur la 16 donc. Je coupe le moteur trop tôt je vais être un poil trop court, je remets un peu de moteur pour allonger ma branche à 90°, hop virage dans l’axe, enfin presque mais plus le temps de finasser, ralenti, barre tirée je laisse le sol approcher puis je pousse progressivement hop posé !

Bon je reprends un peu confiance le décollage ne c’est pas trop mal passé. On repart !

Encore une fois je tire sur la barre trop tôt et trop fort les roues retouchent le sol, mais je ne m’affole pas je repousse un peu la barre le pendulaire reprend un peu de hauteur et je tire doucement pour l’empêcher de monter trop vite et qu’il puisse prendre de la vitesse. Bon j’ai réussi à m’en sortir après mon erreur habituelle. Je n’ai pas relâché les gaz et j’ai repris la procédure sans trop m’affoler comme la dernière fois ! Maintenant Samir me dit monte à 1400 pieds puis branche vent arrière et on va faire un passage à très faible hauteur. Pilotage au trapèze donc et maintien du régime moteur pour maintenir la machine. Oui je me rappelle le principe, la mise en pratique c’est une autre paire de manche. Allons-y

Descente dans l’axe de la piste, moteur ralenti, je prends de la vitesse et au moment de l’arrondi je remet un peu de gaz, mais trop de gaz la machine remonte, je pousse la barre trop fort avec trop d’amplitude et relâche l’accélérateur la machine redescend mais trop vite bon sang, je ne suis encore pas coordonné. Samir m’invite à remettre gaz à fond pour remonter.

Voilà on remonte à 3 000 pieds ! Je reviens en palier en entrée de piste avec passage sur la piste. Vérification du vent et du circuit. Allez Samir m’invite à couper le moteur. OK !

Contact coupé, circuit ouvert, je remets contact sur on et ouvre le circuit prêt à redémarrer au cas ou ! Ha oui Samir me fait remarquer que j’ai oublié de revenir sur « ON » ! Oups !

Donc entrée de piste, moteur coupé à 3 000 pieds j’entame une série de S pour perdre de l’altitude en gardant la piste en vue, j’ai tendance a trop m’éloigner me fait remarquer Samir. Oui effectivement, je rectifie, ça y est je pense être à la bonne hauteur pour attaquer ma finale, je mets le Skypper dans l’axe et je prends de la vitesse en tirant la barre progressivement, là j’y pense et j’y arrive ma foi pas trop mal. Le sol se rapproche je regarde l’horizon et j’empêche la machine de descendre, les roues touchent on roule.

Je redémarre le moteur et reviens en bout de piste. Samir m’explique on va refaire un passage faible hauteur mais c’est lui qui va gérer les gaz, ensuite on remonte et je reviens me poser. Bon allons-y !

Attention au décollage essayons de conjurer mes mauvaises manies !

Ça se passe pas trop mal, en tout cas aucun commentaire de la part de Samir derrière qui me laisse faire ? Montée, 1400 pieds branche vent arrière avec maintien en palier, à la hauteur de l’entrée de piste je met le moteur au ralenti et Samir prend les gaz. Dans l’axe en descente, OK ! Arrivé prêt du sol arrondi et Samir remet du gaz je dois empêcher la machine de remonter et en maintenant le roulis. Samir sens bien que je suis encore trop crispé sur la barre, la proximité du sol me rend plus tendu. A 1400 pieds j’ai pu lâcher la barre un long moment sans problème, a 5m du sol la machine n’est pas moins stable mais néanmoins je suis plus crispé ! On arrive en bout de piste je reprends les gaz a fond on remonte, branche vent arrière, virages mise dans l’axe et posé. Voilà fini pour ce matin.

Alors ou en suis-je ? Mon angoisse du décollage c’est atténué ce matin ce n’est pas que mes décollage soient parfaits, tout au contraire, mais du coup j’ai maîtrisé mes erreurs sans stressé plus que de raison, du coup j’ai repris confiance dans mes capacités à gérer mes erreurs.

Pour le reste j’ai encore des problèmes de coordination des gaz cela c’est très bien vu dans cette phase du vol près du sol ou la gestion des gaz doit être bien coordonnée avec celle de la barre, quand je dis coordonné je ne dis pas synchronisé, les gaz doivent être géré en fonction de l’attitude de la machine et pas en même temps que l’action sur la barre et j’ai tendance à les synchroniser et en réaction a complètement les décaler à contre sens.

Retour parking, debriefing !

Et Pierre-Marie nous attendait on pu donc concrétiser in vivo nos dialogues sur le forum Air Delta en sirotant un café bien venu car aujourd’hui « là-haut » hé bien on se les gelait !

Prochain rendez-vous demain 10h00 ! La saga continue !

2 réflexions au sujet de « Formation pendulaire: 15ème vol »

  1. Je sais qu’il y a 2 façons de décoller.
    Perso, je garde la barre au neutre pendant l’accélération, sans la bloquer en tangage, je la laisse avancer seule vers la barre de compression. Quand les roues ont quitté le sol, je tire progressivement, sans enlever des gaz (à fond), pour faire un palier jusqu’à ce que ça monte, et là, je réduis légèrement les gaz en ramenant la barre près du neutre pour monter plus tranquillement.
    Aller, encore un peu, et ça va le faire super bien! Le “bon sang mais c’est bien sûr” n’est pas loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *