Formation pendulaire: 9ème vol!

Après une semaine de “vacances” au retour le temps n’a pas été avec moi.
Le premier Lundi très beau temps mais je laisse ma place à un de mes petits-fils, Matis pour son premier vol en pendulaire et dans l’aviation légère en général. Les jours qui suivent vent, orage, chaleur, bref vols annulés pour ce qui me concerne. Hier 14 août temps idéal le mème que le lundi 7 et je laisse là aussi mon tour pour mon autre petits-fils, Julien. je me dis bon la série va continuer le temps du 15 août n’est pas prévu comme très folichon.

Malgré tout l’espoir faisant vivre je me lève et me rend au terrain ce matin pour un vol prévu à 8h30.
O miracle le temps est volable et non seulement ça, mais en plus il est idéal, pas de vent, pas de turbulences, ciel bleu dégagé et visibilité claire et nette!

C’est mon 9émé vol et je n’ai encore jamais connu un environnement aussi idéal pour mon apprentissage! Vraiment ça se présente très bien….

Allez visite pré-vol, on va voler avec le Skypper moteur 100cv 4 temps Rotax et l’aile Bionix X2, quasiment le must. Allez maintenant j’ai l’habitude je vais installer ma caméra sur la barre de retour de l’instructeur, avec Julien et Matis j’ai réussi deux fois une double installation pour un montage multi caméras! Là je vais faire simple…….Ne pas habituer son public à des succès facile.

Et PAF le plastique de la fixation casse net au moment du blocage de la vis et donc…….pas de caméra qui va rester au sol encore une fois. Si quelqu’un connaît les bonnes formules pour désenvoûtement, dé maraboutage et anti sort en tous genres je suis preneur. Laisser un message en bas de cet article avec les coordonnées des mages potentiels! Attention je ne cherche que des spécialistes envoûtement caméra exclusivement!

Bon mais je ne suis pas venu pour filmer mais pour apprendre à piloter un pendulaire, caméra ou pas on vole!

Nous sommes le 15 août et pour ne pas trop perturber le voisinage Pierre-Jean me propose de faire autre chose que des tours de piste (dont pourtant j’ai un grand besoins je sens bien que je dois progresser sur cet aspect). Il m’explique au sol la leçon du jour, garder son altitude malgré une augmentation de la vitesse ou sa réduction, décrochage et maintien de cap.

Bien que volant sur une Bionix2, je n’utiliserais pas le “corset” lors de la prise de vitesse, ceux qui volent avec savent ce que je veux dire. Donc décollage, ou je suis un peu trop timide sur la mise des gaz et je dois encore travailler (et comprendre) la mise en palier, montée à 2400 pieds direction la maison, la mienne que l’on va survoler je suis à 2 min de vol de Pizay, et la Saône, PJ me demande de prendre la référence de l’autoroute et de voler au-dessus. Je commence à mieux maîtriser l’inertie de l’aile et mes sorties de virage sont mieux anticipées et je me retrouve là ou je veux être directement sans refaire d’ajustement!

Allez c’est parti! Accélération à fond, le Skypper veut monter, je tire sur la barre jusqu’au ventre (avec moi le débattement est forcément limité) mais j’enchaîne trop vite les actions je n’ai pas laisser le temps à la machine d’accélérer et de commencer à vouloir monter, je la contre de suite d’où un mouvement ondulatoire du plus mauvais effet! Et je commets la même erreur en décélérant.

On recommence, un peu mieux mais j’ai tendance à tirer sur la barre trop tôt quand même.
Apprentissage du décrochage et de son ressenti. Palier, ralenti, je pousse la barre en butée sur le tube avant, un peu trop vite encore une fois et abattée je relâche la pression sur le trapèze l’appareil se remet en ligne de vol. Deuxième essai plus calme plus réfléchi cette fois-ci.

Retour terrain un vrai bonheur pas une turbulence de plus je repère le terrain quasiment de suite, un peu de dérive sur la gauche et voilà on va vers la piste. ha oui mais “ma” dérive n’était pas  encore tip top ,je dois corriger avant de  survoler la piste, sinon nous allons passer directement au-dessus de la manche à air et nous serions dans l’impossibilité de la voir et de connaître l’évolution du vent depuis notre départ.
Sur le taxiway en attente un 3 axes; je l’ai repéré et je regarde ce qu’il compte faire, PJ a du le prévenir par radio il ne bouge pas donc je vire pour aller chercher ma branche arrière!

Hé bien ce coup-ci je la trouve quasiment du premier coup cette foutue branche arrière, je suis aussi fier que lorsque j’ai trouvé la clef du champ de tir! J’ai trouvé mes repères et je les survolent en m’alignant sur l’horizon à mon repère à moi!
A la hauteur de l’entrée de piste, moteur au ralenti je regarde la piste et entame mon virage, je suis encore un peu haut me dit PJ, donc je dépasse l’entrée de piste pour faire un S et perdre suffisamment d’altitude, OK je suis à la bonne hauteur je me choisis un point d’aboutissement un peu plus loin que l’entrée de piste (ce que j’avais tendance à faire les fois précédentes). Je prends de la vitesse, je suis sur la piste un peu sur sa gauche , tant pis on fera avec, le sol arrive je pousse la barre lentement et pffou ça roule.

Allez on remet ça, direction le taxiway, début de piste dans l’axe et décollage, et là encore ce foutu palier que je n’arrive pas à réaliser, PJ doit me reprendre. On monte, 1400 pieds, branche vent arrière, encore pas trop mal je pense, hauteur de la piste, virage; mais là je suis un peu trop bas et PJ me remet un peu de gaz, encore sur la gauche de la piste et posé comme la première fois mais là j’ai mieux décollé mon dos du siège pour bien accompagner la poussée de la barre lors du posé!

Allez c’est tout pour aujourd’hui, la suite vendredi matin si madame météo veut bien me sourire un peu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *