Essai de la Honda X-Adv

Nous avions envisagé, depuis un certain temps, de faire un repas et de compléter par un essai du Honda X-Adv à Péronas chez BPM (nous recommandons vivement ce concessionnaire pour ceux qui en cherche un dans la région). Nos amis Dominique et Raymond ne pouvaient pas partager le repas avec nous ce que nous avons regretté tout en envisageant une session de rattrapage ultérieure.

La météo du jeudi ne nous a pas encouragé à faire l’essai par contre elle permettait tout à fait de nous attabler Sandrine, Fabrice et moi (grand merci à eux) devant un plat de cuisses de grenouilles à Villars-les-Dombes au restaurant du même nom (rue du commerce). Quelques cuisses plus tard et autres tâches nous nous retrouvions, Fabrice et moi le lendemain pour l’essai de la machine sus-nommée.

Fabrice est venu avec sa nouvelle monture grise.

Belle machine pas trop imposante et sobre dans cette couleur, bref il a bon goût notre Fabrice.

Mais nous étions venus, enfin j’étais venu pour essayer l’X-Adv. Déjà l’explication sur la clef qui n’en est pas une tout en étant une que tu dois pas perdre mais avoir sur toi et du, des boutons à tourner, puis presser dans un sens ou dans l’autre, bref j’ai écouté et pas compris grand-chose on verra en roulant.

D’abord monter à bord, hé bien cela n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, certes la selle est à 820mm du sol comme sur la NCX, MAIS il y a les marche-pieds qui eux prennent toute la largeur contrairement à des repose-pieds qui n’encombrent que sur leur petite épaisseur, donc ton pied gauche est loin du cadre et en fait tu dois lever la jambe droite aussi haut si ce n’est plus que sur la NC. Guillaume, le concessionnaire, me dit c’est un scoot il faut poser le pied sur le marchepied et enjamber. En effet en procédant ainsi la montée à bord est plus rapide et sans anicroche mais elle va à l’encontre de mes habitudes et des recommandations souvent entendues et lues, ici ou là, ne monte pas sur le repose-pied.

Bref me voilà assis sur la machine les pattes au sol très écartées because les marche pieds, qui, en plus, me cache la béquille latérale et je dois la chercher un peu au « pif » enfin au pied pour la replier, elle est très courte, la béquille pas mon pif ! Je pose les deux pieds au sol pour mon 1m83 aux jambes courtes cela va. Installation réussie contact sans rien tourner du tout la machine a reconnu la clef qui est dans ma poche, pression sur le démarreur et là je suis dans le domaine connu les commodos sont exactement les mêmes que la NC, pas de dépaysement en vue donc, juste a mémoriser l’évolution de la boite DCT apparue en 2016 avec les 3 modes en S obtenus par une pression prolongée sur le bouton à droite.

Passage en mode D pour démarrer, sur ma NC je n’utilise quasiment jamais le mode D, sauf sur autoroute, régime moteur trop bas qui le fait cogner, passage des vitesses à très bas régime la moto n’a pas de frein moteur bref je n’aime pas rouler en D sur ma moto !

Hé bien là ; surprise, il arrache dès le départ, monte dans les tours avant de passer la vitesse supérieure, rétrograde dés que je relâches la poignée des gaz, c’est pas la même boite, c’est pas le même moteur !!!! En tout cas c’est l’impression ressentie.

Il m’a fallu un petit temps d’adaptation à la position assise avec les jambes devant, comme sur une chaise, la hauteur de selle supérieure à celle de l’intégra donne une position plus facile à tenir, à mon avis, j’avais essayé l’intégra à sa sortie et je ne m’y étais pas habitué durant tout l’essai à l’époque. Là en 5 mn j’étais à l’aise ! La position est bien droite, le guidon pile poil à la bonne hauteur pour moi qui avait du rehausser celui de la NC pour avoir une position qui me convienne. La selle confortable, à voir sur un trajet plus long mais elle a bien encaissé même dans le chemin. Elle est très longue y compris pour le passager tu peux bouger dessus sans problème, contrairement à la NC ou la place est à minima.

Accélération en mode D comme si j’étais en S sur ma NC, même en sortie de virage ça repart sans mollesse aucune ! Question tenue de route je ne sais pas à quoi cela est du mais j’étais beaucoup plus en confiance qu’avec ma NC, peut-être les suspensions qui sont nettement supérieures, elle encaissent les défauts de la route petits et gros (gendarme couché) sans broncher je ne suis pas chahuté ni secoué, en virage la machine reste sur son axe, pas d’effet cheval à bascule même sur un freinage appuyé de l’avant.

On part pour une petite balade parmi des toutes petites routes derrière Péronas, elle tient le pavé c’est sur, elle passe d’un virage à l’autre sans effort ni inertie, en tout cas plus facilement que la NC, à peine l’aider au guidon mais histoire de dire. Elle passe dans des chemins mal goudronnées avec les bords bien ensablés sans broncher !

Toujours en mode D, je n’ai pas éprouvé le besoin de passer en S sur ce genre de petites routes vicinales la machine reprends comme si j’étais sur le mode S de ma NC, je dirais même mieux que sur ma NC, on se fait vraiment plaisir à bord.

Fabrice me suit toujours on arrive sur une départementale plus roulante qui rejoint St André sur Vieux Jonc (hé oui c’est son nom). Là je passe en mode S3, j’accélère je suis au-delà de la vitesse limite et en 3ème seulement ! Bof ! Je reviens en S1, plus adapté à ma conduite et aux types de route sur lesquelles je roule. Le mode S3 maintien les vitesses tant que tu accélères je me suis retrouvé en seconde à 90km/h. Je suis repassé en D et cela suffit très bien pour s’amuser avec l’X-Adv,

Le tableau de bord est une vraie réussite

Lisible même en roulant d’un rapide coup d’œil, y compris le régime moteur ce qui n’est pas le cas de la NC, avec toutes les infos nécessaires et au-delà, température moteur, air ambiant, réserve et autonomie, etc.. Il se trouve juste dans l’axe de vision légèrement sous la ligne du regard, tu peux le lire sans perdre de vue la route vraiment très bien, une petite casquette le protège du soleil et il reste lisible même plein soleil ! La bulle est réglable manuellement sur 5 positions très facilement mais à l’arrêt car il faut les deux mains pour le faire et la position haute est vraiment haute. Elle protège bien et dévie l’air au-dessus de mon casque, visière ouverte j’ai moins d’air qu’avec la bulle haute de ma NC avec son déflecteur. Par contre, comme sur la NC elle protège peu les épaules. Les pieds et mes jambes sont protégés, en tout cas mieux que sur la NC où il n’y a rien !

L’éclairage avant est sympa j’aime bien et les deux phares sont allumées ensemble même en code !

Le coffre est aussi spacieux et accueillant que sur la NC mon casque y rentre, à condition de le positionner correctement.

La mise sur la centrale, livrée d’origine, est d’une facilité déconcertante pour ceux qui ont pratiqué sur la NC d’une petite pression hop elle est dessus pour la descendre c’est aussi simple. Par contre la manœuvre à l’arrêt rappelle que la moto fait son poids 238Kg. Mais il est placé bas encore plus que la NC me semble-t-il !

Ha petit détail, le frein à main très facile et pratique nettement plus que sur la NC, d’abord il se verrouille et déverrouille d’une seule main ensuite quand tu le libères, tu peux maintenir la moto avec le frein de la poignées gauche, cela permet de maintenir la moto stable, ce frein à la poignée assure aussi l’arrêt de la machine quand tu la manipules à la main ce qui n’est pas le cas avec la NC pas de frein pas d’embrayage à gauche donc la moto peut t’embarquer dans une pente sans que tu puisses la retenir!

Le freinage est vraiment très bon, pour moi, une vraie alternative au freinage couplé, enfin !
Le double disque avant freine fort et dés la prise de la poignée

Le frein arrière est lui aussi très efficace et quand on regarde le rapport entre les diamètres du disque arrière et de la roue on comprend, en fait tu freines quasiment au niveau de la jante le couple de freinage doit être énorme.

La bras oscillant est superbe en alliage d’alu

La cache chaîne est très enveloppant, ce qui doit sérieusement compliquer la tâche de graissage car aucune partie de la chaîne n’est visible de l’extérieure, graisseur automatique obligatoire ??? Mais en même temps la chaîne semble bien protégée par ce carter.

Après la séance photo en compagnie de l’@T à Fabrice

On repart et on cherche un chemin de terre pas trop boueux car avec les pluies de la veille on ne veut quand même pas se risquer dans un chemin piégeux ! On en trouve un tout sec, chemin de terre et cailloux avec bande herbeuse très fournie au milieu bref un chemin roulant quand même !

On s’y engage moi devant Fabrice en décalage derrière au cas ou je me gaufre !! Hé bien là aussi surprise l’X-Adv se comporte très bien, malgré la positon des jambes pas idéale pour ce genre de roulage, je n’ai pas pu me mettre debout, en fait je n’ai pas osé le tenter, les pieds ne pouvant pas se reculer assez sans l’accessoire proposé par Honda. Mais c’est passé sans difficulté et je ne me suis jamais senti à la peine tant que la moto a roulé !

Mais il a bien fallu s’arrêter et faire demi tour dans un petit chemin étroit et là c’est une autre paire de manches, certes je n’ai pas l’habitude de la machine, oui c’est une machine de prêt et je n’avais pas envie de la mettre par terre mais quand même.

Tout d’abord, je retrouve le problème des marche pieds qui t’obligent à avoir les jambes très écartées, c’est à dire que tu ne peux pas poser le pied au sol sur un gros dévers, que tu as du mal à reculer assis sur la machine car tu n’as pas les jambes resserrées dans l’axe du corps pour obtenir le maximum de force, la béquille latérale est bien cachée dessous la carrosserie et quand tu n’es pas habitué tu as du mal à la trouver et à la saisir. Mais la machine fait le job et plutôt bien d’ailleurs, sans doute une habitude à prendre.

Un essai concluant machine bien conçue, qui donne vraiment du plaisir et qui est capable de s’échapper du bitume pour des chemins roulants en forêt par exemple. Le duo DCT-moteur a été revu pour plus de gnack et de plaisir, le châssis est rigoureux et sécurisant ; le freinage enfin digne de la moto, des suspensions de qualité qui encaissent bien permettent une excellente tenue de route tout en donnant un bon confort (à confirmer sur plus logue distance, elle complète une selle spacieuse et confortable lors de ce court essai. La machine est capable de sortie des sentiers battus sans faire peur à son conducteur novice en ce domaine.

Essai du Peugeot Métropolis 2017

Juste après l’essai de l’X-Adv j’avais rendez-vous chez Peugeot, à 200m de chez Honda pour l’essai du Métropolis 2017.

Hé oui on ne se refuse rien ici, je voulais tester le nouveau venu des 3 roues.

L’accueil à la concession Kawasaki-Peugeot a été très bon, sympathique et convivial.

Après une petite discussion ou le concessionnaire me met en garde contre mon expérience moto pour juger le 3 roues, je le rassure en lui disant que j’ai eu un 3 roues durant deux ans avant ma moto, je connais les différences entre les deux et les avantages/inconvénients de chaque formule !

Bon présentons un peu ce nouveau venu
Aspect très cossu avec une finition impeccable


La couleur noir mat de la machine de prêt lui va à ravir je trouve.

Bon explication sur la smart-clef (comme sur l’X-Adv) mais j’ai trouvé le système Peugeot plus simple, plus intuitif !
Tableau de bord ultra complet y compris avec la pression des 3 pneus de série ! Mais un peu bas sous le regard et l’on doit quitter la route des yeux pour lire les informations

Toutes les infos sont là, l’écran central est un peu petit pour une lecture instinctive en roulant, le compte-tour tourne à l’envers, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ! Durant mon essai je ne le consulterais quasiment pas, trop bas sous la ligne du regard.

Blocage de position similaire au Fuoco et MP3, avec les mêmes limites sécuritaires. Bref j’étais, un peu, en terrain connu avec mon ancien Fuoco.

Démarrage, bruit sympa du pot et moteur qui me semble assez nerveux, accélération, bon un petit délai du à la transmission par variateur et le moteur qui monte dans les tours mais rien d’exceptionnel ou de gênant, on, ne prend ces machines pour faire du sprint !

Passage du trottoir sans secousse ni déstabilisation, les roues de 14 pouces encaissent bien et ne transmettent pas de chocs au guidon. Celui-ci est placé plutôt bas (mais je suis habitué au mien qui est en position haute) mais sans excès et ne me gênera pas durant l’essai. La bulle réglable manuellement est en position haute et protège bien elle est suffisamment large pour protéger aussi les épaules du vent relatif.

Je reprends le même parcours que je viens de faire une heure auparavant, la maniabilité du scooter est bonne sans inertie et les roues restent en contact avec le sol sans vibrer ni se désunir, pourtant l’état de la route laissait à désirer. Le freinage est bon mais les poignées m’ont semblé très dures, certes le scoot a 23km, il est neuf de chez neuf, mais quand même il fallait vraiment serrer fort pour obtenir un freinage digne de ce nom.

Le moteur, 400cm3 est sympa il permet d’emmener le scoot a bonne allure et avec de bonnes reprises non ridicules. Certes nous ne sommes pas sur une moto et l’X-Adv fait mieux mais avec une cylindrée presque du double ! Je ne suis pas déçu et l’engin n’est pas mou du tout.

Ou çà se gâte c’est sur le confort des suspensions là on retrouve le défaut des petites roues du scoot on ressent toutes les inégalités de la chaussée qui sont retransmises directement au guidon et dans la selle, le débattement des suspensions étant trop faibles pour tout filtrer.

Questions pratiques le frein à main est électrique et très facile à mettre en œuvre, il se situe sur le guidon au-dessus de l’écusson du Lion de Peugeot.

Le coffre, ou plutôt les coffres car le Métropolis reprend la formule des anciens MP3 avec un coffre et deux ouvertures. Le Schubert C3 rentre très bien dans le coffre arrière.

Le grand coffre est très plat aucun casque ne peut y être mis et les bagages en hauteur seront proscrits.

La grande selle se lève elle ne possède pas de système de maintien ouvert et elle ne reste pas en équilibre contre le guidon, donc elle retombe automatiquement et mobilise forcément une main pour la maintenir ouverte !

En parlant de la selle elle est confortable vaste et permettra a un passager de trouver sa place sans problème, les repose-pieds passagers sont accessibles sans problème.

Deux boites à gants une petite à droite en haut,

avec prise 12v et USB les deux !
Une grande devant

Très spacieuse mais peu profonde mais qui peut rentre services malgré tout ; le Peugeot fait mieux que Piaggio sur cet aspect là !

J’ai trouvé ce scooter très réussi aussi bien du point de vue de l’équipement très complet, du confort de la selle, le moteur plein d’allant et montant dans les tours en tractant l’ensemble (plus de 260Kg) sans faiblir.

Un très bon scoot et bien placé question tarif une alternative enfin sérieuse aux Piaggio.

Mais en sortant de l’X-Adv pour moi il n’y avait pas photos, je n’aurais pas du revenir à la moto, non je n’aurai pas du !

De la Lozère au Cantal – Jour 2

Après une bonne nuit de sommeil avec une température très fraiche, reposante par rapport à la veille, nous sommes d’attaque pour une journée de roulage sur les petites routes de l’Aubrac en passant par des petites villes et villages à la recherche du passé familial.

Première étape Le Monastier aujourd’hui le nom exact est Le Monastier-Pin-Moriès après fusion entre communes. Vieille commune millénaire au carrefour de voies de communication au Moyen-Age sur les bords de la Colagne (affluent du Lot) ce village a un fort passé.



Le village s’étend le long de la rivière et de la voie ferrée et maintenant de la départementale qui le traverse.

Le patronyme de Prieur fait partie de ceux de la famille que nous recherchons entre autres.
L’arrière grand père était du Monastier est doit être enterré ici d’après ce que nous savons! Un Feybesse, nom à la sonorité typique de la région du Gévaudan!
Nous trouvons des patronymes familiaux sur le monument aux morts et dans le cimetière et nous trouvons l’ancienne tombe à l’endroit décrit par la maman de Jo , à droite de l’entrée au pied d’un Cyprès!

Nous nous promenons dans les vieilles rues du bas!


Vers les plateaux de l’Aubrac.

Après cet arrêt nous reprenons la route vers l’Aubrac, ses plateaux sauvages et désertiques et ses troupeaux d’Aubrac!



Vaches de race Aubrac bien adaptée à cet environnement aride et sévère.

Ce qui ne les empêche pas d’être curieuse et de se demander ce que nous pouvons bien leur vouloir à cette heure-là!

Un peu plus loin nous distinguons les Burons dans lesquels ce font les fromages l’été!

Aller nous reprenons la route vers Nasbinals un des nombreux village étape des pélerins de St jacques de Compostelle.


L’église massive bien posée sur ses fondations.

Et comme souvent par ici, une lumière parcimonieuse qui peine à traverser ses épais murs en pierre!

Il y avait une exposition de photos publique…

…le thème en était “L’Arbre” et les cimaises étaient sur les grilles du parc publique!

Nous avons poursuivi notre route jusqu’à Chaudes-Aigues, certainement la plus ancienne ville a avoir un chauffage géothermique puisqu’il fut installé en 1332!
Nous avons fait étape pour prendre un peu de force avec un St Nectaire cuit accompagné de charcuterie du cru et aussi se rafraichir, la chaleur commençait à se manifester sérieusement!


L’incontournable source du Par (pour en savoir plus Chaudes Aigues son Histoire )


Et pour se rendre compte de la température regarder la vapeur chaude qui se dégage de la source.

Nous repartons, restaurés, reposés, rafraichis malgré la source à 82°C!!
Un arrêt s’impose pour admirer le paysage que constitue la Truyère et la retenue d’eau formé avec Le Bès.



Jo fait part à sa mère de nos découvertes sur les traces de sa famille!

Le viaduc de Garabit


Le viaduc vu d’un autre point vue en contrebas des rives de La Truyère, beaucoup plus majestueux et impressionnant.

On continue notre pèlerinage vers St Chély-d’Apcher autre lieu de vie familiale.

La ville c’est largement étendue

Ville vivante et aux rues anciennes



Voilà pour cette journée
Le lendemain retour direct par autoroute de bonne heure pour arriver avant la grande chaleur annoncée.

Vous retrouverez le parcours et les photos sur l’Aventure Garmin

Aventure garmin Aubrac Garabit

De la Lozère au Cantal ou de l’Aubrac au viaduc de Garabit -Jour 1

Nous avions prévu de faire le tour du Mont Blanc en cette fin du mois d’août 2016, Mais la météo une semaine avant la date prévue jouait au yoyo sur les Alpes et comme les réservations d’hôtels ne pouvaient pas être annulées à moins de 7 jours des dates prévues, nous avons envisagé une autre destination.

Première idée les gorges du Tarn, nous les avions déjà faites en 1997 en “Diversion 600” mais pourquoi pas après tout! Donc nous regardons un hôtel du côté de Mende avec possibilité d’annuler 24h avant le séjour!
Sur Mende tout est complet ou alors hors de prix pour de simple nuitée! Je cherche et trouve sur Barjac, à 9 km à l’ouest de Mende un hôtel au nom tentant Le Paradis! La nuit est à 43€ et l’annulation est possible jusqu’à 24h avant!, Pourquoi pas!

Du coup nous vient une autre idée!

Il faut dire que les villes Barjac, Mende, Le Monestier sont les berceaux de la famille de Jo du côté maternel alors pourquoi pas faire l’Aubrac et revenir sur les pas de ses ancêtres! Et puis pendant que nous y sommes un tour vers le viaduc de Garabit, un grand oncle ingénieur a participé à son tracé et à son assemblage sur place.

Allez zou c’est parti pour un tour entre Lozère et Cantal!

Pour aller vite le premier jour (et le dernier) nous ferons la liaison par l’autoroute, mais une bonne surprise nous attendait sur l’A75 (autoroute gratuite) au long de ces 370km de liaison.

Une aire de repos Le cantal…..

….donne sur le viaduc et permet une vue panoramique de l’ouvrage et de la vallée de la Truyère qu’il enjambe à 122m au-dessus de son lit.

Nous arrivons à Barjac à l’hôtel Le Paradis, qui est en fait le patronyme des propriétaires de l’hôtel, famille ancienne du village!


Nous avons fait une vraie découverte avec cet hôtel simple mais très confortable aux chambres spacieuses refaites récemment…

… avec une très grande salle de bain entièrement carrelée et pas une simple cabine de douche comme on le voit très souvent!

Je ne vais pas garder le suspens plus longtemps mais la chambre est à 43€, le petit-déjeuner à 7€, le repas du soir à 15€ avec deux entrées, un plat, plateau de fromages conséquent, dessert et un 75cl de vin (rouge ou rosé) si vous voulez un café ajouter 1€! Le jeune couple est sympathique et dynamique, le patron est à la cuisine le soir, au bar le matin, la patronne en salle et à l’accueil l’après-midi. vraiment si vous passez dans les environs cet hôtel mérite le détour! La cuisine est à base de spécialités locales. La literie est d’excellente qualité nous avons dormi comme des loirs!

Parking vaste et sans vis-à-vis!!

 

Nous sommes venu un peu en pèlerinage comme je le disais plus haut, la grand-tante a été institutrice ici entre les deux guerres.
Il a semblé retrouver la maison sans en être sur à 100%.

Nous allons faire un tour au cimetière situé à côté de l’église!

Et nous retrouvons des tombes des membres de la famille

Petit cimetière situé sur les hauteurs du village…

prés de l’église
Avec…….

……de jolies perspectives ombragés,

et des toits en lause

Et si le cœur vous en dit une maison est à vendre!

Voilà le parcours en entier avec Aventure de Garmin

Le parcours selon Garmin Aventure

Dans la vallée de l’Ouche

Hier temps idéal pour rouler, Martine et Laurent nous avaient porposé une virée dans la vallée d’Ouche n’i les uns ni les autres ne la connaissions c’était donc l’occasion!

Rendez vous pris à Fleurville et en route.

Vu le temps idéal nous avions décidé de pique niquer.
Nous avons trouvé l’endroit idéal au bord de l’Ouche à Ste Marie sur Ouche.

Une aire de pique-nique classée 5 Oies (voir les photos sur l’aventure Garmin)

vallee ouche

Aventure Garmin: parcours et photos

Algo essaie la ZEro Motorcycles DSR

Il faisait beau et avec Raymond nous nous étions donné rendez-vous à Anse pour papoter, boire un verre et papoter !!

Nos deux machines deux roues.

Celle de Raymond que nous avons donc arrosé, (la machine bien sur) !

Puis on papote encore et je confirme à Raymond qu’une nouvelle concession vient de s’ouvrir à Linas elle représente les motos MV Agusta et Zero Motorcycles. Et si nous allions voir ces motos électriques ? Allez zou on roule !

On arrive à la concession, accueil très sympathique, on parle un peu, peut-on essayer la moto, mais oui bien sur sans problème et, juste besoin d’une photocopie du permis de conduire ensuite on roule.

Tout d’abord quelque explication sur le mode d’emploi de la machine, les différents mode, la façon de récupérer de l’énergie au freinage ou en décélération, être attentif au fait que l’on ne fait pas de bruit.

La moto est belle, bien finie avec un équipement de très haut niveau

Amortisseur et fourche sont réglables en tous sens

Transmission finale par courroie crantée

Les freins sont a priori simple

A l’arrière simple piston

A l’avant simple disque, double piston

Mais à l’usage ils freinent et même très très bien même, ils ne sont pas couplés mais le frein arrière est plus qu’un ralentisseur et celui avant te stoppe quasi immédiatement.

La moto est bien finie

Et l’absence de moteur, de pots d’échappement de suintement d’huile de tout ce qui fait qu’un moteur thermique tâche, jaunit, bleuit est absent ici et donc garanti que l’état de la machine durera longtemps tel quel, sympa pour ceux qui ne lave pas leur moto 4 fois par semaine comme moi,

Pas de radiateur à percer ou des fuites de liquide de refroidissement à craindre et du coup la protection est totale !

Le contact coupé il ne se passe rien

Normal

Le contact mis

Il ne se passe pas grand-chose non plus et aucun bruit n’indique que la moto est prête à partir

Détails pratiques la moto a d’origine un coffre réservoir

On peut y mettre ses petites affaires, un fourre tout photo pour appareil compact, petit reflex ou hybride et le cordon de recharge.

La recharge se fait via un cordon classique pour prise normale, comme celui des ordinateurs par exemple.

La prise sur la machine est cachée par un cabochon en plastique

Prise femelle 3 broches  sur le cordon pour connecter sur la moto

Prise mâle 2 broches plus terre pour la prise murale normale

L’avantage c’est que même si on a oublié ou perdu ce câble on peut en trouver quasiment partout !

La moto est très fine

Bon allez on roule !!

D’abord enfourcher la moto, la selle n’est pas spécialement haute mais la selle arrière est très remontée et il ne faut pas hésiter à lever la jambe comme si il y avait des valises en place.

Une fois assis les pieds reposent parfaitement par terre et à plat, jambes semi-fléchies pour mon mètre 83.

Il s’agit d’une moto naked pas de bulle même minimaliste, la position est un peu en avant mais sans gêne aucune même pour moi, la poignée de frein est réglable la poignée d’embrayage aussi vu qu’il n’y en a pas !

Le contact mis, il faut replier la béquille latérale pour que la connexion se fasse et que la moto avance. La béquille est assez courte et positionne la moto en sécurité à l’arrêt, je n’ai pas vu de frein à main et j’ai oublié de demander s’il y avait une sécurité pour garer la moto dans une pente !

Trois modes moteur, accessibles via un contacteur au pouce droit « eco », « custom », « sport ». On peut changer les modes en roulant il suffit de couper « les gaz » pour valider la modif. Pour démarrer le mode « éco » pour s’habituer au démarrage sans bruit.

Mode éco, silence complet, je tourne la poignée des watts (je ne sais plus comment appeler la poignée tournante de droite vu qu’il n’y a plus de gaz) et la moto avance doucement en silence, dépassé les 10km/h un léger sifflement venant du moteur se fait entendre, au-delà de 40km/h le bruit du vent dans le casque sera de toute façon plus important que les bruits issus de la machine !

Si je compare la prestation en mode éco à ce que je connais de la NC je dirais qu’elle correspond à un mode entre D et S de la DCT, sans doute le S1 des modèles 2016 ! Mais c’est efficace et ça enroule sans un bruit.

La suspension est ferme mais étonnamment assez confortable on passe les dos d’âne sans être chahutées et sans trop ressentir les chocs. Mais il ne faut pas non plus les prendre trop vite , le cul de la moto se levant et vous rappelle à l’ordre.

Confort total la moto avance en silence et sans à-coups, plus de transmission, plus de vitesse à enclencher manuellement ou automatiquement !

La tenue de route (compte-tenu de mon degré de compétence) est vraiment bluffante elle passe les petits virages des petites routes étroites et pas très bien entretenues au dessus de Linas vers Pommiers (69) sans rechigner elle ne bouge pas même en freinant sur l’angle ! Le patron me le confirmera car il l’a amené sur circuit et a été étonné par ses capacités sportives brutes !

Bon je suis resté en mode éco car je traversais des petits village et je voulais aussi m’habituer à la moto passons au mode sport !

Alors là c’est tout autre chose.

AVERTISSEMENT

A ceux qui iront essayer une DSR si vous passez en mode sport agrippez fortement le guidon vous risqueriez de perdre la moto !

En effet dès le passage en mode sport je décélère donc pour le valider, ok et je ré accélère comme je faisais depuis un petit moment avec le mode éco, j’ai eu tort ! La moto bondit, me surprend, je me sens ramené en arrière, oups je coupe et me penche plus sur le guidon, tiens un petit bout droit pour voir, ho la la la moto bondit littéralement il n’y a pas, ou quasiment pas, de « progression » dans l’accélération le couple est là de suite sans délai et la moto fonce en avant ! Mais bizarrement je ne me sens pas en danger ! Je coupe tout pour voir, Oups frein moteur présent et en plus cela recharge la batterie, un virage arrive je freine, la moto pile, je relâche le freins un appui sur le repose pied intérieur et hop elle a tourné sans effort, attention il n’y a pas de contrôleur de traction et vu le couple bestial de la moto ne pas accélérer trop fort en sortie de virage !

J’accélère tout doucement et la moto obéit elle reprend de la vitesse mais coordonnée à la vitesse de rotation de la poignée droite qui est très sensible et précise. J’ouvre d’un coup en grand et hop passage à la vitesse de lumière du faucon maltais ! La moto ne bouge pas de dandine pas elle reste stable et sécurisante !

Allez on va rentrer, cela fait plus d’une heure que je l’ai en prêt !

Je me suis bien amusé avec, une moto bluffante et étonnante j’encourage tous ceux qui le peuvent à en essayer une !

Bon l’autonomie et les prix sont un peu dissuasif encore mais quel pied !!

Baptêmes moto!

Voilà c’est fait mes deux petits-fils viennent d’avoir leur baptême moto chacun leur tour.
Ils ont pu utiliser l’équipement de sécurité de leur grand-mère sans problème, casque avec intercom, blouson moto été et gilet airbag!

Par ordre chronologique
Matis le 28 juin 2016

Matis équipé pour sa première balade en moto
Prêt au départ
C’est parti

Il a aimé et apprécié la sortie dans le Haut-Beaujolais

Julien le 9 juillet

de même Julien utilise l’équipement de Jo.
Casque avec intercom, gilet moto été et airbag sans oublier les gants bien sur!
Prêt au départ
Allez tout est ok
On y va!
Ca roule!!
En arrivant à la terrasse d’Avenas, surprise un ami du groupe de motards de la région Sébastien!
Après la pause Coca et Perrier nous sommes repartis

Le parcours suivi les deux fois

Parcours avec Matis

Parcours avec Julien

 

Pour les commentaires je leur laisse le soin d’en mettre!