Formation pendulaire : 16éme vol

Mardi 5 septembre 2017 10h00

Rendez vous pris à 10h00 je suis sur le terrain 20 mn avant histoire de ne pas être juste là pour voler mais faire un peu partie du décor quoi!
Un Skypper orange se prépare à partir.
Samir est en vol avec un élève sur un 3 axes Storch, j’ai donc un peu de temps, je laisse le skypper s’envoler et je vais faire la pré-vol, rien à dire sauf qu’il faudra remettre un peu d’essence le niveau me semble bas même pour des tours de piste.

Samir se pose, débriefing avec son élève.

Et briefing avec moi sur la leçon du jour.
Pas de surprise des tours de piste mais………. sur des autres pistes! Aujourd’hui on part se poser sur deux autres pistes de l’autre côté de la Saône, dans l’Ain.

Je vais sortir de l’environnement qui me devenait familier pour aller me poser et décoller de terrains inconnus. Le fait d’aller voir un peu plus loin est sympa et tester d’autres terrains devrait me faire progresser. On verra bien.

Bon déjà décollage de Pizay!
En bout de piste, face à la 34, plein gaz et barre au taquet la machine décolle je ramène la barre légèrement en arrière et contrôle sa montée pour la prise de vitesse et tout ça dans l’axe. Certes pas un pet de vent ni l’ombre d’une turbulence mais je suis pas mécontent sur ce décollage! On verra par la suite que tous les décollages ne se ressemblent pas! Mais chaque chose en son temps pour l’instant je suis en l’air, régime de palier, direction est vers l’Ain.

On remonte la Saône vers le Nord en direction de Crèches, un peu avant Samir m’amène sur un grand champ, tout en longueur, qui longe la rivière, pour reprendre la leçon d’hier sur le passage en très basse altitude.
Rappel du principe:
Maintenir le pendulaire à basse hauteur en prenant de la vitesse et en l’empêchant de remonter, actions sur les commandes tirer sur la barre pour la vitesse et le maintien en tangage et gestion des gaz pour le maintenir à la bonne hauteur.

Premier champ pas terrible je n’arrive pas à coordonner barre et gaz. qu’à cela ne tienne il y a une 2ème champ tout aussi long et plat que le précédent Samir me dit je gère les gaz occupe toi du tangage maintien le à une hauteur constante! Bon un peu mieux mais je n’ai qu’une commande à gérer. je sens que je vais avoir du boulot sur ce point là, coordination des commandes!

Bon on remonte direction Est vers la piste de Gilbert.
Gilbert est un agriculteur de la Bresse qui c’est fait une piste de 300m qui arrive dans sa cour!
Oui dans sa cour, s’il n’y avait pas eu ses énormes engins agricoles nous aurions pu nous arrêter devant sa porte! Gilbert nous accueille ainsi que sa chienne visiblement habitué à ce genre de visites qui nous fait la fête. Gilbert nous offre le café et on parle un peu ULM bien sur!

Gilbert attache sa chienne car celle-ci dès qu’elle entend le bruit d’un moteur à fond court au fond de la piste regarder le décollage, sans danger parait-il, mais un peu étonnant et pour moi qui vais décoller pour la 1ère fois de chez lui il évite de me laisser surprendre par l’habitude canine.

Le terrain est assez long 300m mais étroit et bordé par des arbres et une route, un pylône relais téléphone est à mi distance sur le côté droit. en bout de piste une rangée d’arbres perpendiculaire.
Bon allons-y, en plus la piste est en légère montée et le vent est quasi absent, nous décollerons Sud. Le décollage se déroulera assez bien, encore un problème avec mon palier de vitesse mais rien de comparable avec l’autre jour!

On monte à 2 500 pieds et Samir me fait faire des exercices de prise de vitesse à altitude constante. Je m’aligne sur la voie TGV et tire sur la barre pour prendre de la vitesse tout en accélérant pour empêcher la machine de descendre? Ça c’est la théorie ma mise en pratique est beaucoup moins limpide, je tire bien sur la barre mais n’accélère pas forcément au bon moment et avec l’ampleur nécessaire, de plus en tirant la barre j’ai une tendance à bloquer mes épaules et donc a perdre de la souplesse dans la gestion du roulis. Je le ressens mais cela devient instinctif faut que j’y pense pour me relâcher. Cela est beaucoup moins perceptible aux allures normales barre au neutre et régime de palier.

Deuxième posé sur un terrain que je découvre. (Chaneins je l’ai repéré par la suite).


Alors là pour trouver la piste faut la connaitre, même dessus j’ai eu du mal à identifier la piste, plus courte que la précédente sans doute autour de 200m, assez large malgré tout mais en pente!
La branche vent arrière longe une ligne à haute tension, genre d’obstacles que j’apprends à identifier en vol car peu présent autour de Pizay. Et du ciel ces ligne sont difficilement perceptibles. Du coup je me dis je vais devoir les passer au décollage!

Mon approche est un peu approximative car j’ai du mal à identifier la piste qui n’est pas balisée, je me pose un peu dur et roule jusqu’aux hangars fermés, personne! Allez on repart.

L’absence total de vent nous permet de faire demi-tour pour redécoller face aux lignes que j’ai survolé à l’instant! La piste est bombée je ne vois pas le bout d’où je suis, ni les pylônes d’ailleurs, en plus elle est en léger dévers!

Conséquence pour moi je perds un peu mes repères et je vais décoller l’aile penchée sur la gauche, évidemment la machine m’embarque à gauche au décollage je peine à la ramener dans l’axe je fait mon palier de vitesse un peu en travers de la piste puis je laisse monter. Samir me l’a fait remarquer avant de partir mais je n’ai pas entendu ou pas compris totalement pris par mon complexe du décollage.

Bref nous montons cap sur Belleville cette fois-ci, nouvel exercice de prise de vitesse avec maintien en palier cette fois-ci en va essayer d’aller encore un peu plus vite, donc tirer plus la barre en arrière et un régime moteur supérieur à la fois précédente? Ce coup ci je m’en tire pas trop mal et sans (trop) regarder les instruments!

Et c’est là que la batterie de la caméra décide de se reposer vu que j’avais oublié de la couper lors de notre étape café chez Gilbert ou elle a tourné presque une 1/2 heure pour rien! Sinon pour le reste elle a bien fonctionné je suis en train de faire le montage.

Arrivée vertical du terrain à 3 000 pieds, Samir me fait mettre le moteur au ralenti puis une fois la température moteur un peu redescendue je coupe le moteur et nous allons nous poser moteur coupé.

Dans mon approche je serais trop loin du terrain et donc sans ressources au cas ou une forte turbulence ou une rafale de vent viendrait perturber mon vol sans moteur. je vais donc me mettre en finale pour me poser puisque j’ai “mangé” ma marge de sécurité en m’éloignant trop. Je me pose court mais en entrée de piste et direction parking, et debriefing avec Samir.

Bon j’en suis à un peu plus de 10h de vol, je dois acquérir des automatismes et me “débloquer” les bras trop rigides sur les commandes. Samir trouve que j’intellectualise trop mes actions elles doivent devenir plus automatiques pour concentrer des moyens cerveau sur le vol et la gestion des aléas éventuels!

La semaine prochaine je suis absent donc repos de vol, reprise dans une petite quinzaine! Cela devrait me permettre de décanter ce que j’ai déjà appris!vidéo (1ère partie)

Comme la caméra a fonctionne je mets la vidéo (première partie)

Et la 2ème partie

Formation pendulaire: 15ème vol

Vol 15 4 septembre 2017 9h00

Lundi 4 septembre c’est la rentrée pour les jeunes, écoles, collèges et lycées, les parents sont aussi surbookés que leurs enfants et moi je vais prendre ma 15ème leçon à Pizay avec Samir.

J’ai toujours entête mon vol raté précédent avec lui et j’avoue que je ne suis pas très à l’aise aujourd’hui.

Samir m’explique la leçon du jour, passage en basse altitude au-dessus de la piste pour gérer tangage et régime moteur de façon à garder une altitude constante. Gestion au trapèze pour garder la bonne hauteur puis ajustement régime moteur pour ne pas monter ni descendre. Oups déjà que je me pose des questions sur mes capacités à décoller en plus faut que je fasse du radada !

Bon je me prépare mentalement mais je pense au décollage et à ce foutu palier de vitesse qui me prend la tête, pas bon ça pour la leçon du jour. Je verrais, si je re foire mon décollage je dirais à Samir d’abréger la leçon ou de travailler cette phase là avant d’aller plus loin ! Il faut que j’arrive à me sentir totalement serein lors du décollage !

Samir et Mélanie sont de retour de Blois ou ils ont exposé. Les enfants à l’école la base est calme avec seulement nous 3. On ouvre le hangar, on sort le Skypper et j’entame la vite pré vol. Matinée fraîche va faire frisquet là haut ! J’installe ma caméra et comme d’hab j’oublierais de la démarrer ! Décidément la vidéo et moi c’est incompatible.

Bref, démarrage du moteur un poil laborieux, par contre montée en température rapide. Je me présente en entrée de piste, arrêt, procédure A.C.H.E.V.E.R., présentation dans l’axe de piste sur la 34.

Voilà nous y sommes comment je vais gérer ça ce matin ? J’essaie de me décontracter régime moteur à fond je bloque mon pied pour être sur de ne pas relâcher la pression, barre en avant, le pendulaire accélère se déleste, je le laisse monter un peu je tire la barre progressivement vers moi, au fur et à mesure que nous montons je relâche la barre et laisse le régime moteur descendre légèrement, zut un poil trop j’en remet un peu. Bon cela ne c’est pas trop mal passé cette fois-ci.

On monte je cale le régime vers les 6000 t/mn, le vent a tourné au nord, on va se poser sur la 16 donc. Je coupe le moteur trop tôt je vais être un poil trop court, je remets un peu de moteur pour allonger ma branche à 90°, hop virage dans l’axe, enfin presque mais plus le temps de finasser, ralenti, barre tirée je laisse le sol approcher puis je pousse progressivement hop posé !

Bon je reprends un peu confiance le décollage ne c’est pas trop mal passé. On repart !

Encore une fois je tire sur la barre trop tôt et trop fort les roues retouchent le sol, mais je ne m’affole pas je repousse un peu la barre le pendulaire reprend un peu de hauteur et je tire doucement pour l’empêcher de monter trop vite et qu’il puisse prendre de la vitesse. Bon j’ai réussi à m’en sortir après mon erreur habituelle. Je n’ai pas relâché les gaz et j’ai repris la procédure sans trop m’affoler comme la dernière fois ! Maintenant Samir me dit monte à 1400 pieds puis branche vent arrière et on va faire un passage à très faible hauteur. Pilotage au trapèze donc et maintien du régime moteur pour maintenir la machine. Oui je me rappelle le principe, la mise en pratique c’est une autre paire de manche. Allons-y

Descente dans l’axe de la piste, moteur ralenti, je prends de la vitesse et au moment de l’arrondi je remet un peu de gaz, mais trop de gaz la machine remonte, je pousse la barre trop fort avec trop d’amplitude et relâche l’accélérateur la machine redescend mais trop vite bon sang, je ne suis encore pas coordonné. Samir m’invite à remettre gaz à fond pour remonter.

Voilà on remonte à 3 000 pieds ! Je reviens en palier en entrée de piste avec passage sur la piste. Vérification du vent et du circuit. Allez Samir m’invite à couper le moteur. OK !

Contact coupé, circuit ouvert, je remets contact sur on et ouvre le circuit prêt à redémarrer au cas ou ! Ha oui Samir me fait remarquer que j’ai oublié de revenir sur « ON » ! Oups !

Donc entrée de piste, moteur coupé à 3 000 pieds j’entame une série de S pour perdre de l’altitude en gardant la piste en vue, j’ai tendance a trop m’éloigner me fait remarquer Samir. Oui effectivement, je rectifie, ça y est je pense être à la bonne hauteur pour attaquer ma finale, je mets le Skypper dans l’axe et je prends de la vitesse en tirant la barre progressivement, là j’y pense et j’y arrive ma foi pas trop mal. Le sol se rapproche je regarde l’horizon et j’empêche la machine de descendre, les roues touchent on roule.

Je redémarre le moteur et reviens en bout de piste. Samir m’explique on va refaire un passage faible hauteur mais c’est lui qui va gérer les gaz, ensuite on remonte et je reviens me poser. Bon allons-y !

Attention au décollage essayons de conjurer mes mauvaises manies !

Ça se passe pas trop mal, en tout cas aucun commentaire de la part de Samir derrière qui me laisse faire ? Montée, 1400 pieds branche vent arrière avec maintien en palier, à la hauteur de l’entrée de piste je met le moteur au ralenti et Samir prend les gaz. Dans l’axe en descente, OK ! Arrivé prêt du sol arrondi et Samir remet du gaz je dois empêcher la machine de remonter et en maintenant le roulis. Samir sens bien que je suis encore trop crispé sur la barre, la proximité du sol me rend plus tendu. A 1400 pieds j’ai pu lâcher la barre un long moment sans problème, a 5m du sol la machine n’est pas moins stable mais néanmoins je suis plus crispé ! On arrive en bout de piste je reprends les gaz a fond on remonte, branche vent arrière, virages mise dans l’axe et posé. Voilà fini pour ce matin.

Alors ou en suis-je ? Mon angoisse du décollage c’est atténué ce matin ce n’est pas que mes décollage soient parfaits, tout au contraire, mais du coup j’ai maîtrisé mes erreurs sans stressé plus que de raison, du coup j’ai repris confiance dans mes capacités à gérer mes erreurs.

Pour le reste j’ai encore des problèmes de coordination des gaz cela c’est très bien vu dans cette phase du vol près du sol ou la gestion des gaz doit être bien coordonnée avec celle de la barre, quand je dis coordonné je ne dis pas synchronisé, les gaz doivent être géré en fonction de l’attitude de la machine et pas en même temps que l’action sur la barre et j’ai tendance à les synchroniser et en réaction a complètement les décaler à contre sens.

Retour parking, debriefing !

Et Pierre-Marie nous attendait on pu donc concrétiser in vivo nos dialogues sur le forum Air Delta en sirotant un café bien venu car aujourd’hui « là-haut » hé bien on se les gelait !

Prochain rendez-vous demain 10h00 ! La saga continue !

Formation pendulaire: 14ème vol

Mardi 29 août 2017, 14ème vol.

Aujourd’hui mon instructeur sera Samir Elari, Pierre-Jean profitant de congés bien mérités!

Samir est multi champion en ULM, champion du monde plusieurs fois d’Europe, en solo ou en duo. Une légende dans le monde des ULM, tout comme Pierre-Jean d’ailleurs.
J’ai donc la chance d’avoir des instructeurs de très grandes valeurs techniques, de grandes expériences personnelles mais surtout extrêmement pédagogues, calmes et sereins avec les frasques de leurs élèves! Et sans oublier Jean-Christophe, plus spécialisé sur les 3 axes mais avec une grand expérience aussi.

Bref les élèves de Pizay ont à leurs dispositions sans doute une des meilleures équipes possibles. Ce qui est sans doute le cas ailleurs, mais je ne peux parler que de ce que je connais.

Aujourd’hui la leçon est la prise de terrain en S. Comment ça mais il nous en a déjà parlé, oui mais là ce sera moteur coupé, pas au ralenti, vraiment coupé simulation de panne réelle, sauf que c’est nous à bord qui déciderons à quel moment couper le contact, ce qui change beaucoup de chose.

La vidéo est prête et je vous laisse la regarder.

Sur les 3 tours de piste j’ai complétement rater le 2ème, erreur au décollage, puis je cherche à comprendre et me déconcentre, je relâche les gaz l’appareil perd de la vitesse et Samir me rappelle à l’ordre je remets du gaz et récupère la machine. Au décollage il faut rester concentrer sur ce qui se passe et pas réfléchir à ce qui vient de se passer même si l’action précédente est plutôt ratée. C’est ce qu’on appelle un apprentissage par l’erreur. Ca doit être efficace car pour le 3ème décollage tout sera presque bien et y compris l’atterrissage qui sera pile poil ou je voulais!

Formation pendulaire: 13ème vol

Mardi 23 août 2017 19h00

Cette semaine j’ai deux rendez-vous mais le soir à 19h00, cela va changer un peu des derniers vols matinaux!

Temps superbe aujourd’hui pas un nuage, peu de vent au sol et température agréable et nous le constaterons même au-dessus du sol.

Tour de piste: c’est la leçon du jour. Apprendre, maitriser, et réaliser quasi instinctivement décollage, approche et atterrissage est indispensable et nécessite un entrainement régulier et constant! Un peu comme le passage du lent lors du permis A, moto.

Ce n’est pas forcément le plus plaisant, surtout en les faisant les uns à la suite des autres mais c’est indispensable pour voler en sécurité par la suite! J’ai bien conscience des difficultés que je rencontre sur ce type d’exercice et je ne rechigne pas à en faire et refaire jusqu’à ce que je me sente totalement à l’aise avec ces phases de vol essentiels que sont le départ et le retour!

Le temps est quasi idéal, peu de vent, peu voire pas du tout de turbulences ce soir! Donc on y va, après la visite pré-vol au cours de laquelle je constate qu’un écrou a un léger jeu que Pierre-Jean va de suite remettre au pas (de vis bien sur).

Décollage, avec toujours mon problème de palier de prise de vitesse, là j’y vais franchement et un peu tôt les roues se reposent au sol! Ma montée sera pas mal je réussis à garder le pendulaire dans l’axe de la piste et je gère pas trop mal le régime moteur.

La montée après le décollage n’est pas trop mal je reste assez bien dans l’axe de piste par contre le palier de prise de vitesse ce n’est pas encore ça!

Virage pour prendre la vent arrière, je trouve mieux mes repères que les fois précédentes en tout cas je me rends compte, seul, quand je ne suis pas sur la parallèle à la piste!

Lors d’un passage je vais laisser monter la machine au-delà des 1400 pieds habituels, régime moteur trop haut sans m’en rendre compte. PJ derrière ne dit rien, au moment de prendre mon virage je constate que j’ai 200 pieds de trop, je décide de prolonger ma branche plus loin que d’habitude pour perdre ces 200 pieds, néanmoins je ne la prolongerais pas suffisamment et je me poserais long.

 

Ce soir je serais beaucoup plus long que les fois précédentes ou j’avais tendance à me poser à l’entrée de piste.

Le dernier atterrissage en branche vent arrière un autogire en finale va m’obliger à la prolonger en palier très au-delà de mes habitudes et de mes repères. Presque une descente en ligne comme un 3 axes, là aussi je mettrais le moteur au ralenti un poil trop tôt, m’obligeant à remettre du gaz pour me mettre en palier.

Bonne soirée mais leçon au cours de laquelle je n’arrivais pas à me situer entre quelques progrès et d’autres parties ou je ne suis pas encore arrivé à comprendre l’ensemble de la phase de pilotage!

La vidéo a marché sauf que la batterie n’a pas tenu, j’avais oublié de la recharger sans doute ou confondu avec celle de mes petits-fils, bref vous avez échappé à une énième vidéo en vol sans intérêt mais j’en ai extrait les photos que vous voyez ici.

La vidéo je me la garde pour moi! Veinard!

Formation pendulaire: 12ème vol

Dimanche 20 août 8h30

Troisième jour consécutif de vol, incroyable! De plus je vais étrenner un nouveau support pour ma caméra après avoir cassé celui livré d’origine!

Je suis allé le récupérer la veille à un relais colis à Villiè-Morgon.
Métallique, chape fendue pour un fixation rapide, le support de la caméra est pivotant sur 360° avec des positions encliquetables. Il va remplir sa fonction sans problème. Un achat utile!

 

Maintenant je pense que ce support devrait résister, de plus son positionnement est simplifié par la chape ouverte.

La leçon du jour, m’explique Pierre-Jean, sera la prise de terrain en S. Comme son nom l’indique je devrais donc faire un grand S à la fin de ma branche arrière avant de venir me poser.

Donc décollage piste 34, mon palier de vitesse s’améliore un peu mais ce n’est pas encore vraiment ça, j’y pense bien, je fais le geste mais pas de façon suffisamment ample. Monté dans l’axe, enfin théoriquement je dois pas mal corriger ma trajectoire pour y rester, dans l’axe. Branche vent arrière avec un vent dans le dos qui me ramène sur la piste, donc il me faut mettre un peu de dérive, bizarrement avec la dérive je réussis plutôt mieux que d’habitude ma branche vent arrière. Entrée de piste, moteur réduit, je commence ma manœuvre, virage à 90° à droite, ligne droite dépassant l’axe de piste puis virage à 180° à droite, je repasse devant la piste, je suis un peu loin et le vent me fait dériver pas mal, je perds trop de hauteur remise des gaz pour me maintenir en palier avant mon avant dernier-virage, virage vers l’axe de piste puis je redresse mais je ne suis pas dans l’axe un peu trop sur la droite de la piste. Posé!

On recommence, retour point de départ décollage, branche vent arrière prise de terrain en S. Là j’anticipe la dérive et ma perte de hauteur trop importante de mon vol précédent. En revenant à 90° de la piste je constate que le vent à forci et vient plus de l’Est que la fois précédente ma dérive est plus importante. Malgré tout je suis mieux placé que la première fois pour mon avant dernier virage et j’arrive mieux dans l’axe mais là je dois prendre une dérive assez prononcée pour y rester durant ma descente et la prise de vitesse. PJ me dit maintiens la dérive, OK je garde la machine en crabe et la piste approche, juste avant de lui refuser le terrain elle se met dans l’axe et se pose sans effort ni secousse!! Oups. roulage retour au parking, pour le debriefing.

Sur la terrasse m’attends un ami rencontré par l’intermédiaire de la moto il est venu me voir et boire un café ensemble, sympa. Il a fait quelques photos d’ambiance qu’il a eu la gentillesse de me donner. Voici les photos de Fabrice.

Une vue du hangar, ce jour là il y avait le 3ème festival De’Zing, musique et vols mélangés!

 

 

La terrasse de l’aérodrome très sympa surtout sous le soleil

 

 

Pierre-Jean m’explique le centrage sur un pendulaire…..

 

…..en effet la machine sur laquelle je viens de voler a servi la veille de remorqueur pour deltaplane et son centrage a était modifié, plus arrière que d’habitude. Et en effet la barre était plus avant et je devais plus la pousser que d’habitude au décollage et moins la tirer pour la prise de vitesse.

Le lendemain en venant faire un tour au festival De’Zing je verrais un remorqué de deltaplane et un posé du delta. Assez spectaculaire!!

Formation pendulaire 11éme vol

Samedi 19 août 8h30

Un peu de vent ciel dégagé Pierre-Jean me propose d’aller tâter de la dérive au dessus de l’Ain de l’autre côté de la Saône.

Pré-vol, installation de la caméra (si, si elle a marché……presque jusqu’au bout panne de batterie mais à la fin seulement), je progresse, je progresse au moins de ce côté là !

Alignement en bout de piste, accélérateur à fond, je pousse la barre lentement en butée, la rotation s’effectue et…….. je rate encore le palier de prise de vitesse, je fais bien le mouvement mais trop tard et trop peu ! Maintien en montée de l’axe de la piste pas trop mal cette fois-ci (un coup j’y arrive un coup non!!) Montée à 1400 pieds direction la Saône à l’Est.

Le vent génère quelques turbulences de relief du côté du Beaujolais. Je laisse le chariot bouger sous l’aile et j’essaie de garder un déplacement juste au-dessus de la route allant à Thoissey, vent du Nord je corrige ma dérive et cela se passe pas trop mal malgré les coups d’aile que le vent donne. On passe la Saône. Et là miracle !

Plus de turbulences du tout, le chariot reste sagement pendu (pour un pendulaire c’est le moins qu’il pouvait faire, je trouve) sous l’aile sans s’agiter. Changement d’objectif plus Sud-Est, nouvelle dérive, je prend mes nouveaux repères et j’apprécie de voir ma trajectoire suivre les repères sol vers l’objectif mais là je suis grandement aidé par le calme aérologique local.

Pierre-Jean me dit aller demi-tour du côté que tu veux, nous sommes sur un cap Est-Sud-Est, vent de Nord. Je choisis de virer vers ma gauche, PJ me demande pourquoi ce choix, atavisme politique sans doute, en tout cas choix totalement au hasard sur ce coup-là. Et Pierre-Jean de m’expliquer que c’était le bon choix car il vaut mieux virer face au vent pour éviter de se retrouver par trop déporter de sa route choisie. OK compris j’en ferais mon profit sur les manœuvres suivantes !

Aller on rentre ! D’accord on rentre, je pense que je suis sur la route du retour vers l’Ouest, mais ou est ce foutu terrain ! Je laisse la machine voler en maintenant mes repères au sol pour ne pas me laisser dériver. PJ me donne un indice, le terrain est situé sur un axe, Relais Hertzien d’Avenas et Belleville/Saône. Oui je vois bien les deux mais pas encore le terrain ? On continue le vol on approche nous avons passé l’autoroute et nous sommes au-dessus de l’ancienne nationale 6. Ha ça y est je le vois mais effectivement le bord est tout encombré par les tentes et chapiteau du festival Dezing qui se déroule ces 3 jours à Pizay !.

Vertical terrain en maintenant ma dérive, on va se passer sur la 34 vent de Nord, virage vers la branche vent arrière, que je ne rate pas complètement cette fois-ci, juste un peu quand même faut pas trop s’habituer aux bonnes choses d’un coup ! Virage entrée de piste je suis un peu court comme d’habitude PJ me remet un peu de gaz, et honnêtement juste au moment ou je me disais je devrais remettre du gaz ! Mais fallait le faire pas se contenter d’y penser!

Prise de terrain ou je me force à penser à décoller mon dos du siège pour garder de la souplesse aux bras en cas de besoin. Là aussi j’y pense et ne le fait pas forcément, ou je crois le faire sans le faire vraiment !

Une séance malgré tout ou j’ai senti quelques progrès sur la tenue de de cap et la dérive. Il faut que je travaille encore la branche vent arrière et surtout le palier de vitesse au décollage !

Allez prochain vol demain 8h30

Trois vols en 3 jours inespéré au niveau météo depuis que je me suis inscris!

Formation pendulaire 10ème vol

Aujourd’hui 18 août 2017 c’est mon 10éme vol et au total 5h58mn.
C’est un chiffre rond en terme de nombre de vol et de temps de vol. Ces chiffres montrent tout le travail que j’ai encore à faire mais aussi ce que j’ai acquis ou ce qui m’en semble.
Ce matin temps idéal, pas trop chaud, pas de vent pas encore de convection, on va donc faire des tours de piste, ça tombe bien car j’ai des progrès à faire dans ce domaine.
Mais commençons par le plus important JE N’AI PAS EU DE PROBLÈMES DE CAMÉRA AUJOURD’HUI. Je vous jure incroyable n’est ce pas en tout cas je remercie tout ceux qui on fait brûler des cierges pour moi, fait des incantations vaudous ou invoquez les dieux celtes ou africains bref merci à tous ceux qui ont participer au désenvoûtement caméresque!
La vidéo à suivre elle est en cours de montage, mais elle sera courte car peu significative, décollage, tour de piste, atterrissage et on recommence.
Alors qu’est-ce que je peux dire de mon 10éme vol?
D’abord deux sentiments contradictoires à la fois l’impression de progresser et en même temps de stagner voire régresser. Regardons ça de plus près selon les phases de vol.
Le décollage, 3 décollages ce matin je sais que j’ai un problème avec le palier d’accélération et le maintien de l’axe de piste en montée (la vidéo est assez claire sur ce point). Pour le palier d’accélération il me semble que je me suis amélioré j’ai des mouvements moins amples lors du décollage et je maintiens le palier d’accélération de façon pas trop bizarre, mes mouvements sont plus mesurés. La montée aussi me semble-t’il est meilleure je conserve le cap plus facilement. Mais ensuite je suis un peu trop tendu sur la barre et je secoue un peu trop la machine pour garder un cap. C’est à dire que mes sorties de rectification de cap sont trop prolongées et m’amène à devoir corriger dans l’autre sens pas encore pris la totale mesure de l’inertie du Skypper.
La gestion moteur s’améliore je maintient assez bien le régime moteur en montée, en palier et ceux sans trop me référer au compte-tour que je consulte quand même pour savoir si mon appréciation est confirmée par l’instrument.
Ensuite la branche vent arrière, là je suis moins à l’aise, je n’arrive pas encore à bien me positionner parallèlement à la piste, par contre mes virages à 180° ont été mieux maîtrisé avec une sortie anticipée sans besoin de correction! Pierre-Jean doit me ramener sur la branche vent arrière quasi systématiquement comme le montre la vidéo.
Dernier virage pour la prise de terrain pas trop mal mais encore pas pile poil dans l’axe et souvent trop court, PJ remettant des gaz au 2ème attéro pour rallonger un peu la distance. La prise de terrain en elle-même ne me pose pas trop de problème je refuse le sol à la machine progressivement sans forcer.
Lors du débriefing avec Pierre-Jean je lui fait part de mon sentiment il tempère mon impression en me disant que les exigences de l’instructeur ont augmenté avec les progrès de l’élève et ce que je peux considérer comme une stagnation voire un recul peut venir de là.
Ça flatte mon ego et me rassure
De toute façon je prends trop de plaisir pour faire la fine bouche et après 6h de vol en tout j’ai encore ÉNORMÉMENT de choses à apprendre!
Samedi 8h30 11éme vol!

La vidéo juste pour moi et me souvenir par la suite car une série de décollage et atterrissage sans grand intérêt pour autrui

Formation pendulaire: 9ème vol!

Après une semaine de “vacances” au retour le temps n’a pas été avec moi.
Le premier Lundi très beau temps mais je laisse ma place à un de mes petits-fils, Matis pour son premier vol en pendulaire et dans l’aviation légère en général. Les jours qui suivent vent, orage, chaleur, bref vols annulés pour ce qui me concerne. Hier 14 août temps idéal le mème que le lundi 7 et je laisse là aussi mon tour pour mon autre petits-fils, Julien. je me dis bon la série va continuer le temps du 15 août n’est pas prévu comme très folichon.

Malgré tout l’espoir faisant vivre je me lève et me rend au terrain ce matin pour un vol prévu à 8h30.
O miracle le temps est volable et non seulement ça, mais en plus il est idéal, pas de vent, pas de turbulences, ciel bleu dégagé et visibilité claire et nette!

C’est mon 9émé vol et je n’ai encore jamais connu un environnement aussi idéal pour mon apprentissage! Vraiment ça se présente très bien….

Allez visite pré-vol, on va voler avec le Skypper moteur 100cv 4 temps Rotax et l’aile Bionix X2, quasiment le must. Allez maintenant j’ai l’habitude je vais installer ma caméra sur la barre de retour de l’instructeur, avec Julien et Matis j’ai réussi deux fois une double installation pour un montage multi caméras! Là je vais faire simple…….Ne pas habituer son public à des succès facile.

Et PAF le plastique de la fixation casse net au moment du blocage de la vis et donc…….pas de caméra qui va rester au sol encore une fois. Si quelqu’un connaît les bonnes formules pour désenvoûtement, dé maraboutage et anti sort en tous genres je suis preneur. Laisser un message en bas de cet article avec les coordonnées des mages potentiels! Attention je ne cherche que des spécialistes envoûtement caméra exclusivement!

Bon mais je ne suis pas venu pour filmer mais pour apprendre à piloter un pendulaire, caméra ou pas on vole!

Nous sommes le 15 août et pour ne pas trop perturber le voisinage Pierre-Jean me propose de faire autre chose que des tours de piste (dont pourtant j’ai un grand besoins je sens bien que je dois progresser sur cet aspect). Il m’explique au sol la leçon du jour, garder son altitude malgré une augmentation de la vitesse ou sa réduction, décrochage et maintien de cap.

Bien que volant sur une Bionix2, je n’utiliserais pas le “corset” lors de la prise de vitesse, ceux qui volent avec savent ce que je veux dire. Donc décollage, ou je suis un peu trop timide sur la mise des gaz et je dois encore travailler (et comprendre) la mise en palier, montée à 2400 pieds direction la maison, la mienne que l’on va survoler je suis à 2 min de vol de Pizay, et la Saône, PJ me demande de prendre la référence de l’autoroute et de voler au-dessus. Je commence à mieux maîtriser l’inertie de l’aile et mes sorties de virage sont mieux anticipées et je me retrouve là ou je veux être directement sans refaire d’ajustement!

Allez c’est parti! Accélération à fond, le Skypper veut monter, je tire sur la barre jusqu’au ventre (avec moi le débattement est forcément limité) mais j’enchaîne trop vite les actions je n’ai pas laisser le temps à la machine d’accélérer et de commencer à vouloir monter, je la contre de suite d’où un mouvement ondulatoire du plus mauvais effet! Et je commets la même erreur en décélérant.

On recommence, un peu mieux mais j’ai tendance à tirer sur la barre trop tôt quand même.
Apprentissage du décrochage et de son ressenti. Palier, ralenti, je pousse la barre en butée sur le tube avant, un peu trop vite encore une fois et abattée je relâche la pression sur le trapèze l’appareil se remet en ligne de vol. Deuxième essai plus calme plus réfléchi cette fois-ci.

Retour terrain un vrai bonheur pas une turbulence de plus je repère le terrain quasiment de suite, un peu de dérive sur la gauche et voilà on va vers la piste. ha oui mais “ma” dérive n’était pas  encore tip top ,je dois corriger avant de  survoler la piste, sinon nous allons passer directement au-dessus de la manche à air et nous serions dans l’impossibilité de la voir et de connaître l’évolution du vent depuis notre départ.
Sur le taxiway en attente un 3 axes; je l’ai repéré et je regarde ce qu’il compte faire, PJ a du le prévenir par radio il ne bouge pas donc je vire pour aller chercher ma branche arrière!

Hé bien ce coup-ci je la trouve quasiment du premier coup cette foutue branche arrière, je suis aussi fier que lorsque j’ai trouvé la clef du champ de tir! J’ai trouvé mes repères et je les survolent en m’alignant sur l’horizon à mon repère à moi!
A la hauteur de l’entrée de piste, moteur au ralenti je regarde la piste et entame mon virage, je suis encore un peu haut me dit PJ, donc je dépasse l’entrée de piste pour faire un S et perdre suffisamment d’altitude, OK je suis à la bonne hauteur je me choisis un point d’aboutissement un peu plus loin que l’entrée de piste (ce que j’avais tendance à faire les fois précédentes). Je prends de la vitesse, je suis sur la piste un peu sur sa gauche , tant pis on fera avec, le sol arrive je pousse la barre lentement et pffou ça roule.

Allez on remet ça, direction le taxiway, début de piste dans l’axe et décollage, et là encore ce foutu palier que je n’arrive pas à réaliser, PJ doit me reprendre. On monte, 1400 pieds, branche vent arrière, encore pas trop mal je pense, hauteur de la piste, virage; mais là je suis un peu trop bas et PJ me remet un peu de gaz, encore sur la gauche de la piste et posé comme la première fois mais là j’ai mieux décollé mon dos du siège pour bien accompagner la poussée de la barre lors du posé!

Allez c’est tout pour aujourd’hui, la suite vendredi matin si madame météo veut bien me sourire un peu!